24/03/2008

L’UDC a mangé son pain blanc, son recul peut commencer

Quel que soit le résultat de l’élection au Conseil d’Etat de Saint-Gall, l’éviction de M. Blocher du Conseil fédéral est une très bonne chose pour le système politique suisse. Ce résultat cantonal n’a pas de signification nationale. C’est un règlement de compte indirect entre deux figures politique qui ont pris des positions très tranchées cet automne. Que l’UDC en tire un succès local, c’est incontestable. Pourtant, l’essentiel est bien ailleurs : un lent et long recul peut commencer, même si on ne  le voit pas encore.

Le Conseil fédéral se porte bien mieux depuis le 12 décembre, on y travaille et la duplicité qu’y démontrait l’ancien conseiller fédéral, à la fois gouvernant et principal opposant n’a plus cours. L’UDC est clairement dans l’opposition et fait ouvertement ce qu’elle a toujours mais, même au gouvernement : flatter les bas instincts, dénoncer, accuser sans jamais rien proposer de constructif. Ses contradictions apparaissent encore plus au grand jour : divergence entre son aile économique et son aile isolationniste, fracture entre le parti emmené par la clique des Zurichois et les sections bernoise et grisonne. Il prétend défendre le peuple mais favorise les plus riches et casse l’Etat, annonce plus de sécurité mais sème l’intolérance, se dit patriote alors que ses prises de position infamantes causent un tort considérable au pays.

L’UDC a mangé son pain blanc, son électoral est vieillissant et il va amorcer son recul, le centre droit constructif peut reprendre le travail et aborder enfin les questions importantes pour l’avenir du pays sans se laisser distraire par les tristes pantalonnades de l’Aigri de Rhäzüns. Pour cela, il faut que les forces positives laissent ce parti d’épuiser dans sa propre rancœur et ses contradictions. Le 12 décembre, il n’y a pas eu de complot ni de putsch mais une nécessaire opération de commando politique pour ouvrir le passage à ceux qui ont vraiment quelque chose à proposer. Ceux-ci ne sont peut-être pas encore tous apparus dans la lumière alors que ceux qui ont trop cherché à profiter personnellement de l’éclat de décembre pourraient la quitter. On en reparlera en 2009.

 

Les commentaires sont fermés.