17/04/2008

Fumée passive : réduire les exceptions au strict minimum

Aussi incroyable que cela puisse paraître, on trouve encore des experts pour essayer de nous convaincre que la fumée du tabac n'est pas nocive pour la santé. Et encore, si les cigarettes ne contenaient que du tabac ! Mais on a fini par apprendre que les manufacturiers y ajoutaient un "jus" de plusieurs milliers de composants dont ils gardent le dosage absolument secret. Un ange passe, effrayé.

Mais il y a deux autres raisons de bannir la cigarette des lieux publics fermés : la gène occasionnée aux autres, indépendamment de toute considération de santé. Autant un cigare ou une pipe peuvent sentir bon à dose modérée, de temps à autre, autant la cigarette subie est une véritable attaque contre les sens.

Les mesures drastiques qui sont heureusement en préparation se justifient enfin par l'incroyable arrogance dont ont fait preuve les fumeurs pendant si longtemps. Certains se rendent compte maintenant de ce qu'ils ont fait subir aux non fumeurs à une époque où demander aux participants à une réunion professionnelle de bien vouloir modérer leur consommation (on osait pas encore réclamer l'abstention) vous faisait passer pour un être profondément asocial.

Les "sacrifices" qui sont maintenant demandés aux fumeurs ne sont rien en comparaison de ce qu'ils ont fait subir à leur entourage et à eux-même. Beaucoup d'entre eux, même s'ils s'en cachent encore, sont heureux que les interdictions actuelles les aident à diminuer leur consommation, voire à la faire cesser complètement.

Commentaires

Comme je dis souvent à mes amis fumeurs par provocation mais cela contient un bon fond de vérité : "Comment demander aux fumeurs de respecter les non-fumeurs alors qu'ils ne sont même pas capable de respecter leur propore corps".

Il ne faut pas oublier que la nicotine provoque une dépendance similaire (mais pas égale !) à bien des égars à celle de l'héroïne ... alors on peut se poser la question de la liberté de jugement que disposent ceux qui mettent en avant les libertés individuelles pour défendre leur vice ! (je pense évidemment à certains éminents membre du parti libéral).

Écrit par : Dji | 18/04/2008

Ce faux débat ne finira donc jamais ? Fumer n'est pas sain, tout le monde le sait.
"La vie est une maladie mortelle et sexuellement transmissible" (Pierre Desproges), les non-fumeurs seraient-ils immortels ?
Comme il n'a pas été possible jusqu'à présent - en raison de l'intolérance et de la psycho-rigidité des non-fumeurs - d'envisager des établissements pour non-fumeurs et d'autres pour fumeurs, l'application de mesures "drastiques" et une chasse impitoyable aux exceptions vont conduire à une chute tout aussi drastique du chiffre d'affaires des bistros et restaurants. En France, elle a été de 20% depuis le 1er janvier 2008 (cf. un article paru dans l'Hebdo de cette semaine).

Écrit par : Blondesen | 18/04/2008

Je vous signale qu'en Italie depuis qu'il y a interdiction de fumer (plusieurs années) il y a 20% de crises cardiaques en moins ! et pas de baisse de fréquentation des bistots et des restaurants ! Les fumeurs n'ont qu'à fumer chez eux !
CQFD

Écrit par : Café | 21/04/2008

Le "centre" ne semble pas très raisonnable en matière de savoir-vivre: est-ce que "réduire les exceptions au strict minimum" signifie en réalité "aucune exception" ? On pourrait le croire en lisant le contenu de votre billet.

Vous parlez de l'incroyable arrogance des fumeurs. N'est-ce pas mettre beaucoup d'individus dans un seul panier ? De plus, cette soudaine poussé prohibitionniste me fait penser aux comportements de ceux qui, dans une situation inconfortable, préfèrent se taire par facilité jusqu'au moment où ils n'en peuvent plus et éclatent de rage en traitant les autres de noms d'oiseaux. On peut aussi faire l'effort de communiquer aux autres ses envies et ses soucis sans attendre d'en arriver à des extrémités. Et cela ne vaut pas qu'en matière de fumée passive.

Écrit par : Fufus | 21/04/2008

Voila que dès le début on sait à qui on a à faire.
"Aussi incroyable que cela puisse paraître, on trouve encore des experts pour essayer de nous convaincre que la fumée du tabac n'est pas nocive pour la santé. Et encore, si les cigarettes ne contenaient que du tabac !"

Mélanger encore et toujours, pour prouver son propos, est-ce un devise, une obligation ?
Si la cigarette est mauvaise, il n'en est rien des cigares, ni du tabac à pipe.
Mais, comme cela produit aussi de la fumée, on passe son chemin et on fait avec.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 22/04/2008

@ Café
Ce pourcentage discutable est 11% d'infarctus en moins, selon l'Hebdo du 17 avril. Cette diversité des chiffres met déjà leur crédibilité en doute. Mais ne chipotons pas.
En revanche, la baisse de 20% du c.a. en France est bien réelle et la relation de cause à effet indiscutable, elle.
En suivant votre logique (CQFD), les cafetiers-restaurateurs pourront dire à leurs créanciers "Pas de souci ! Pas de problème ! Je vous paierai demain puisque mon risque d'infarctus est réduit de 80 % !"

Écrit par : Blondesen | 22/04/2008

J'adore toutes ces affirmations péremptoires sur des chiffres auquels on fait dire ce que l'on veut.
Même s'il n'y a que 11% d'infarctus en moins, je ne pense pas que cela soit du à l'arrêt de la cigarette, il faut plus de temps pour que cela puisse faire son effet.
Par contre le 100% des non fumeurs sont hyper satisfait de pouvoir manger et boire sans respirer la merde de leurs voisins.

En tant qu'ancien fumeur, je me rend bien compte de ce que j'ai fait subir à ma famille et à mes amis maintenant que je suis de l'autre côté du miroire.

Je rappel à monieur 20% du chiffre d'affaire qu'il existe depuis de nombreuses année un café restaurant non fumeur à Genève, et que ce dernier fonctionne très bien. Il est situé à la rue de Carouge juste à côté du poste de gendarmerie. Et pour la petite histoire c'est un régal de boire un café et de manger ses croissants sans fumée.

Écrit par : Snoopy | 24/04/2008

@ snoopy
Comme vous, je ne crois pas aux chiffres "médicaux" auxquels on fait dire n'importe quoi. L'interdiction mènera-t-elle aussi à une éradication du cancer ? Balivernes, tout ça.
S'il y avait eu depuis toujours des établissements "non-fumeurs" et d'autres "fumeurs" ou à tout le moins une séparation efficace entre fumeurs et non-fumeurs, on n'en serait pas arrivé à ce débat aussi stérile que vain, et à cette stupide interdiction sans nuances ni discernement.
N'étant pas concerné, le c.a. des bistros et restaurants, je m'en tamponne à vrai dire le coquillard. S'il a baissé en France, je ne crois raisonnablement pas qu'il va augmenter à Genève.
Si par ailleurs les fumeuses et les fumeurs acceptent d'être traités comme des gamins et d'aller honteusement fumer sur les trottoirs et par n'importe quel temps, il n'y aura en effet pas grand changement, sinon pour le nettoyage des trottoirs.
Quant à moi, je suis finalement très content de réaliser que les économies faites d'un côté (plus de pauses-café au bistro pendant la journée) financeront mon "vice" de l'autre.

Écrit par : Blondesen | 24/04/2008

Ainsi, la discussion engagée sur les exceptions à la loi anti-fumée semble concerner 4 ou 5 personnes.On est loin du 80 % de l'électorat ! Mais, bravo à M. Unger de prévoir des exceptions, à commencer par les terrasse des bistrots et restaurants, où il fera encore bon vivre des libertés.Ceux qui vont souffrir, ce seront les grands restaurants, C'est déjà le cas pour ceux qui ont anticipé l'interdiction officielle et dont les tables sont désertées ! Et j'éclate de rire à l'idée de pouvoir fumer mon cigare dans ma chambre privée de clinique ou d'hôpital ....Merci Monsieur Unger.

Écrit par : Delaude | 24/04/2008

La fumée de la cigarette n'a pas les effets que l'on prétend. Pour en savoir plus, je vous conseille la lecture de "Haro sur les fumeurs - jusqu'où ira la prohibition ?", Danielle Charest, éditions Ramsay, Paris, 2008

Écrit par : Danielle Charest | 24/04/2008

Oui, il y a des experts qui contestent les billevesées des haltayollahs, et pas des moindres. Je n'en citerai que deux, tous les deux ... tabacologues de renom. Professeur Robert Molimard, qui est l'inventeur du terme 'Tabacologie', rien que ça... Un peu de respect pour cette figure, svp.
Et Michael Siegel, qui dénonce les mensonges de ceux qui nous font la morale avec de la pseudo-science. Siegel a montré que les chiffres de réduction des accidents cardiaques suite aux interdictions en Italie, Ecosse et France sont bidonnés...

La science est basée sur l'observation des faits. Oui, il y a des scientifiques qui en sont encore là...

Si politiquement on veut interdire le tabagisme, pourquoi pas ? Mais qu'on ne fasse pas porter le chapeau à un tabagisme passif aux dangers exagérés histoire de culpabiliser les fumeurs. On peut aussi supprimer l'alcoolisme. Tiens, je vais proposer d'interdire de consommer du vin en public, car ce n'est pas bon pour l'image de notre société. Soyons sérieux monsieur...

Écrit par : Randall | 30/04/2008

J'aimerai aussi un célèbre scientifique, M. Rylander dont les résultats et la déontologie sont asser remarquables.

Écrit par : Dji | 06/05/2008

Les commentaires sont fermés.