28/04/2008

Europe : deux questions qui n’en font qu’une


Une fois de plus, l’UDC se moque du peuple. Elle veut nous faire croire que les Suisses peuvent d’une part confirmer les accords bilatéraux et de l’autre refuser l’extension de la libre circulation aux deux nouveaux membres de l’UE. Il n’y a aucune chance que les 25 acceptent que deux de ses membres soient traités d’une manière différente par un état tiers. Outre son opposition systématique à tout, l’ancien conseiller fédéral Blocher supporte mal que de vraies questions soient posées au peuple : la Suisse veut-elle s’isoler complètement de l’Europe ? L’UDC souhaiterait pouvoir découper en petites tranches ces questions afin de donner l’impression qu’il s’agit de petites décisions ponctuelles sur lesquelles le peuple, divinisé selon la mythologie du bouc nain, pourrait manifester sa souveraine indépendance.

L’UDC ne souhaite poser que des questions anecdotiques qui font appel aux instincts primaires et aux réflexes conditionnés. Même si cela n’apparaît pas encore au grand jour, je suis convaincu que la très grande majorité se rendra compte qu’il ne suffit pas de poser de (relativement) bonnes questions si c’est pour leur apporter systématiquement les plus mauvaises réponses possible.

Si cela ne devait pas coûter tellement cher à notre pays, on en viendrait presque à souhaiter que le peuple se laisse vraiment berner par l’UDC lors de ces votations. Se mettre pour quelques années au ban de l’Europe permettrait aux isolationnistes de se rendre compte à quel point nous sommes intégrés à l’Europe et ce qu’il en coûte de s’en exclure.

Alors il faut voter en une fois sur la question des bilatérales et celle des deux nouveaux membres, les accepter ne bloc puisqu’elles ne peuvent être séparées dans la réalité. Seuls l’UDC et ses suiveurs ne s’en rendent pas compte pour l’instant.

Commentaires

Vive le Conseil des Etats, qui as lié les deux objets :-)

Pour ne pas tromper l'électeur.

En effet, nous pouvons pas dire OUI à l'Europe et NON à deux de ces membres.
C'est abérant!! C'est UDC!

Écrit par : Luner | 29/04/2008

"Une fois de plus, l’UDC se moque du peuple.", ce n'est pas l'avis d'Alain Rebetez, vu hier soir au 19h30, qui disait clairement, que la peur de venir devant le peuple avec 2 questions, l'avait emporté.
Oui, vous avez bien lu, LA PEUR.
Le Souverain a bien le droit de choisir, en toute connaissance de cause, sans les magouilles de ses propres élus.

Mais de quoi ont-ils si peur ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 29/04/2008

Faire croire que l'on peut approuver les bilatérales et refuser d'en appliquer les effets aux deux membres les plus récents de l'UE est irréaliste. Si le peuple souverain devait se laisser embarquer dans un tel scénario, ce n'est pas la peur qui dominerait mais la tristesse pour tous ceux qui souhaitent une suisse ouverte au monde et la désolation économique pour tous ceux qui auraient à souffrir très rapidement de notre isolement. La Suisse de l'emploi aurait beaucoup à y perdre. Tout cela parce qu'un ex-Conseiller fédéral aigri aura réussi à entraîner son clan dans une spirale catastrophique.

Une précision : une Suisse ouverte au monde ne veut pas dire que toutes les portes sont ouvertes, comme voudraient le faire croire l'UDC. On peut être ouvert et poser des règles claires pour réguler cette ouverture. C'est également ce que propose le centre droit, mais à la différence de l'extrême droite, dans la clarté et la dignité. Et surtout sans la violence verbale et politique qui caractérise l'UDC.

Écrit par : Rolin Wavre | 29/04/2008

Les commentaires sont fermés.