02/05/2009

Détention administrative pour les multirécidivistes violents - un débat public

Lundi soir à 20h, le Parti radical genevois organise un dialogue avec la population pour débattre du problème posé par certains multirécidivistes, sans titre de séjour et violents qui rendent pénible et dangereuse la vie dans certains quartiers de notre ville. Une pétition circule depuis le début de la semaine, les signatures s'accumulent. La réunion aura lieu au Cercle de l'Espérence, rue de la Chapelle 8 aux Eaux-Vives. Frédéric Hohl (chef de groupe radical au Grand Conseil) et Pierre Maudet (conseiller administratif de la Ville de Genève) seront présents.

 


Il s'agit d'aller plus loin et de donner la parole à ceux qui vivent cette situation au quotidien et expliquer comment et pourquoi la détention administrative est la seule solution immédiatement disponible pour ces individus. La construction d'un lieu additionnel est nécessaire à moyen terme. Les radicaux demandent que les autorités prennent sérieusement en mais ce problème, dans le cadre donné par la loi et dans la sérénité. 

Contrairement aux partis de la droite populiste, la pétition du Parti radical ne stigmatise pas les étrangers dans leur ensemble, ni aucun groupe ethnique ou national. Elle vise à mettre simplement hors d'état de récidiver 100 ou 200 individus qui ne respectent pas les lois de notre pays de manière répétée, violent son esprit d'ouverture et commettent des délits et rendent certains quartiers inhospitaliers. De très nombreux résidents étrangers sont les victimes de ces agissements.

Il s'agit aussi de passer un message à tous ceux qui songeraient à venir profiter de ce que les lois sont plus fermement appliquées en France voisine et dans les autres cantons. Il n'y a pas de raisons que Genève soit le ventre mou de la région.

 

Commentaires

Je vous confirme que je serais présente à ce débat...caméra au poing...
sarah emonet

Écrit par : sarah | 02/05/2009

" La construction d'un lieu additionnel est nécessaire à moyen terme. "

Pourquoi "à moyen terme" ?

J'avais compris en lisant les récentes déclarations de M. Laurent Moutinot, que lui-même et le Conseil d'Etat "réfléchissaient au problème", j'en déduis donc qu'il n'existe actuellement aucune solution pour ce genre de détention.

Je remercie au passage M. Moutinot de "réfléchir au problème", espérons qu'il aura terminé sa réflexion avant l'automne, soit avant de rendre son tablier ...

Rappelons que le droit fédéral autorise la détention administrative pour une durée de 24 mois au maximum, mais qu'à Genève cette possibilité n'est pas appliquée faute de places en suffisance dans les centre de détention.
Or la situation réclame des mesures urgentes. En conséquence, pourquoi ne pas rechercher des solutions avec les autres cantons, voire avec la Confédération ?
Il existe en Suisse bon nombre d'ouvrages militaires désaffectés qui pourraient rapidement être reconvertis en centres de détention administratifs. Pourquoi ne pas envisager une telle solution ?

Franchement, je ne vois vraiment pas pourquoi un tel centre devrait impérativement être construit à Genève, sauf à vouloir rendre notre ville encore plus attractive ?

Merci d'éclairer ma lanterne !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 02/05/2009

Cher Monsieur,

J'ai réagi hier au blog de M. Décaillet qui faisait l'amalgame fautif entre fazysme et fascisme. Je lui ai dit que cet amalgame était une insulte à sa propre intelligence autant qu'à l'histoire. Que votre pétition ne s'en prend pas à de doux agneaux, mais à des personnes condamnées au moins deux fois pour trafic de drogue. Et que les socialistes, dont je suis un électeur, sont d'incorrigibles crétins de hurler au loup lorsqu'il s'agit, simplement, de mettre en prison des criminels dangereux. C'est dommage que mon parti ne fasse pas son boulot. Faire son boulot, c'est protéger non seulement la gauche caviar de Carouge qui se plaint du bruit des terrasses ou des platanes qu'on coupe, mais c'est surtout protéger les petites gens qui vivent aux Pâquis ou aux Eaux-Vives. Je veux dire: dans les rues du bas des Eaux-Vives. Mais là, c'est clair, c'est moins intéressant: la plupart sont des étrangers. Donc, ils ne votent pas...

Pourquoi je vous dis cela? Eh bien c'est simple. Parce que M. Décaillet n'a pas trouvé mon texte a son goût, visiblement, puisqu'il ne le publie pas...

J'en profite, puisque vous êtes radical, pour vous dire que je regrette que M. Couchepin ait détruit le travail de Ruth Dreifuss avec la LAMal, sans construire rien de mieux après. Pourtant, il y avait de la marge, car elle avait fichu un beau b...l.

Écrit par : Luc | 07/05/2009

Les commentaires sont fermés.