30/12/2009

Béatifier à tout prix ?

Faut-il béatifier Pie XII ? Pendant que les passionnés échangent les points de vue, le citoyen laic mais culturellement chrétien que je suis s'interroge : pourquoi faut-il béatifier et sanctifier à marche forcée ? L'Eglise catholique romaine a-t-elle quelque chose à prouver ? N'y a-t-il aucun espace entre la sainteté et la disgrâce ? Un pape ne peut-il pas avoir été simplement humain placé dans une situation de pouvoir et de responsabilité écrasante, avec ses forces, ses faiblesses, ses calculs et ses peurs ? Ni saint ni criminel pour autant.

On sait que Jean-Paul II a "promu" pendant son pontificat autant de personnages méritants que tous les successeurs de Pierre avant lui, y compris des personnages qui n'avaient pas brillé par leur humanisme. N'est-ce pas banaliser complètement l'acte qui devrait sanctionner une vie vraiment exemplaire et qui se détache nettement de ses semblables ? C'est si vrai que fleurissent immédiatement sur internet les appels à déclarer "santo subito" toute personne que l'on veut célébrer. Cette étiquette, à l'origine utilisée pour promouvoir la béatification accélérée de Jean-Paul II est maintenant utilisée pour l'agresseur de Berlusconi et n'importe quel individu perturbé ou carrément criminel.

On peut être profondément laic mais concerné par l'évolution d'une Institution historiquement, culturellement et socialement importante en Occident.

Les commentaires sont fermés.