24/12/2012

Sécurité et communication :ça bouge !

Samedi, notre quotidien préféré choisit de titrer "Maudet veut contrôler l'information de A à Z". Et alors ? N'y a-t-il rien de plus informatif à mettre en Une en cette veille de Noel ? De plus grave ou de plus important, de plus réjouissant ? Pierre Maudet organise la communication de son département, met en avant les responsables des services pour qu'ils communiquent selon leurs responsabilités opérationnelles. La Cheffe de la police et le Chef des opérations ont un rendez-vous mensuel avec les médias, et à travers eux avec les citoyens. Que veut-on de mieux ? 

Au moment où l'on voit de plus en plus de policiers dans les rues, où les contrôles augmentent, où la cohérence entre le Ministère public et la police n'a jamais été aussi évidente, où le Grand Conseil a été saisi des vrais enjeux et s'apprète à augmenter les budgets consacrés à la sécurité des Genevois, il est assez logique que l'on cherche à attaquer le dernier arrivé des conseillers d'Etat à tout prix, sur un sujet annexe. On aurait pu titrer sur le fait que "plus du tiers des cambriolages se déroulent sans aucune effraction" ! Il y a à faire pour que nous autres citoyens cessions de faciliter la tâche aux bandes qui tentent de s'introduire chez nous. 

Du responsable politique qui n'organise pas la communication qui sort de son département, on dira qu'il ne maitrise pas son sujet, qu'il ne tient pas ses troupes, que son département est incohérent. On n'a jamais entendu personne, à part les humoristes (c'est leur boulot) et les persifleurs (c'est leur défaut) se féliciter de ce les responsables de l'administration publique racontent n'importe quoi, se contredisent entre eux ou se cachent. 

Comme si cette activité visible que tous les genevois réclamaient en depuis des années devenait soudain criticable. Et si nos responsables politiques "se bougent" à l'approche de 2013, c'est bien ce que veut la démocratie : on élit des responsables pour qu'ils agissent. Si leur action est efficace et visible, on les réélit. Dans le cas contraire, on change. Il est donc normal que les magistrats organisent la communication de leur département. Au citoyen critique et à la presse politique de faire leur travail d'analyse sur le fond de l'action. Et laissons l'écume aux échottiers dont la Tribune ne fait en principe pas partie. 

 

18/12/2012

Le massacre qui va changer la donne ?

Apres l'épouvantable massacre de Newton, les circonstances sont peut-être plus favorables (un horrible mot dans ces circonstances) que jamais pour que les choses changent enfin. En effet, nous avons un président en début de second mandat qui n'a donc presque rien à craindre (encore qu'on puisse envisager le pire avec membres de la National Rifle Association, les bargeots de la gachette nord-américaine), un massacre totalement abject touchant ce qu'il y a de plus innocent, des enfants de 6 et 7 ans, et enfin l'usage d'une arme automatique. 

Le président devrait pouvoir, enfin, agir dans deux directions au moins : interdire totalement les armes automatiques et rendre plus difficile l'achat et la possession d'une arme en général. Même si l'on peut admettre, à l'extrême limite, que les américains soient attaché à la possibilité de détenir une arme de défense personnelle, comment justifier la vente presque libre d'armes automatiques et semi automatiques qui sont des armes d'attaque et de destruction. L'argument de la défense personnelle ne tient pas. Georges Busch porte une très lourde responsabilité pour avoir à nouveau autorisé ces armes en 2004. 

Ensuite, il faut que la procédure d'achat soit beaucoup plus stricte, qu'un registre existe et que les Etats n'aient pas toute latitude pour céder aux lobbies et groupes de pression locaux. Mais restons réalistes : une réglementation plus stricte n'est pas la solution miracle. Les Norvégiens en savent quelque chose.

13/12/2012

L'humour contre le sexisme ordinaire

A Bordeaux, les avocats viennent d'élire à leur tête une femme, Me Anne Cadiot-Feidt. Un pénaliste réputé du lieu n'a rien trouvé de mieux que de se demander publiquement si une femme aurait les capacités et les épaules assez larges pour cette fonction. Une déclaration choquante par sa balourdise et les relents de sexisme paternaliste qu'elle exhale. 

Pour l'avoir entendu s'exprimer sur France info, Me Cadiot-Feidt à un sacré caractère, beaucoup de calme et de lucidité. C'est probablement ce qu'on appelle "avoir les épaules". En plus, elle a un solide sens de l'humour : relevant que les attaques portaient sur cette partie de son corps, elle constatait avec une malicieuse satisfaction que le regard des hommes semblait être remonté de quelques dizaines de centimètres ces dernières années... 

Et merci au beauf de service d'avoir attiré notre attention sur un sacré personnage et sur des dérives machistes d'un autre âge dont elle est victime.

10/12/2012

Berlusconi - l'éternel retour

Combien d'Italiens seront prêts à soutenir un éventuel retour de Silvio Berlusconi à la présidence du Conseil ? Ce triste sire, ou plutôt cire devrait-on dire tant son visage semble refait et maquillé pour effacer les traits de l'âge, prétend revenir avec ses promesses de vendeur à la criée.

A-t-il une ambition pour l'Italie ou cherche-t-il à profiter à nouveau de l'imunité pénale que le pouvoir pourrait lui apporter ? Lui qui a, pendant ses cinq précédents mandats, sans cesse cherché à modifier la loi en sa faveur afin d'échapper à la justice. En démocratie, il a bien le droit d'utiliser les possibilités que lui offre la loi. Mais quelle tristesse de voir cet illustre pays menacé à nouveau et peut-être tenté par une nouvelle séance de Grand-Guignol à sa tête. On peut espérer que les électeurs italiens auront le bon sens se mettre un point final à une aventure qui leur a fait tant de mal. L'Europe, quoi qu'on en pense, n'a pas besoin d'un nouveau désastre sur son flanc sud.