19/02/2013

Paradoxe Minder : pour agir vite, il faut voter non !

L'affaire est beaucoup plus simple qu'il n'y parait : on est presque tous d'accord qu'il faut faire quelque chose pour limiter les bonus indécents, les salaires abusifs, les parachutes sans lien avec le travail ni la performance. Les actionnaires doivent pouvoir se prononcer sur la politique de rémunération des entreprises. Merci M. Minder d'avoir fait bouger les choses. 

Sur le fond, les deux textes vont dans le même sens, pour l'essentiel. Mais le contreprojet est déjà voté par les Chambres. En cas de rejet de l'initiative, il entre en vigueur le 1er janvier prochain. Par contre, si l'initiative Minder est acceptée, il faudra encore des années pour élaborer la loi, la voter et la faire appliquer. C'est le paradoxe Minder : si on veut aller vite, il faut voter non. 

Commentaires

Vous avez de la chance d'avoir pu lire le contre-projet. Pour ma part j'ai fouillé la documentation officielle et je n'ai rien trouvé si ce n'est un slogan scandé " c'est le meilleur"
Par ailleurs si on a votés sur l'initiative Weber en mars et qu'elle s'applique dès le mois de janvier qui suit on doit pouvoir faire de même avec l'initiative Minder
le vrai problème c'est que l'initiative weber ne touchait que peu les parlementaires à titre privé en revanche l'initiative Minder va les impacter au travers des lobbys qui les caressent dans le sens du poil
la pomme est pourrie

Écrit par : pralong | 20/02/2013

C'est plus simple que ca : le contreprojet indirect est une loi votée le 16 mars 2012 déjà par les Chambres fédérales dont l'entrée en vigueur est liée au refus de l'initiative. En janvier 2014, cette législation est en force. Voici le lien vers le texte : http://www.minder-non.ch/fileadmin/kampagne-zuwanderung/PDF/Contre-projet-indirect_Initiative-Minder.pdf

L'initiative est constitutionnelle. Elle doit être traduite en loi par les Chambres fédérales (CN et CdE), selon un processus qui ne peut pas prendre moins que deux ans selon la pratique fédérale, et en général bien plus. On peut même dire que c'est actuellement l'initiative Minder et l'obstination de son père à la maintenir qui permettra aux abus de se poursuivre plus longtemps... quel paradoxe !

Écrit par : Rolin Wavre | 20/02/2013

Les commentaires sont fermés.