24/03/2014

Parkings en France : voir loin, penser large

Nous votons le 18 mai sur un crédit de quelque 3,1 millions pour contribuer à la construction de presque 1000 places parking relais sur territoire français, juste de l'autre côté de la frontière. Et certains, du côté de la droite nationaliste et conservatrice s'y opposent. Et pourtant, c'est une aubaine. Pour des raisons de pur marketing politique, UDC, MCG et PBD se placent dans une posture de rejet systématique. Pourtant, il n'y a presque que des avantages à dire oui, comme la majorité du Grand Conseil et le Conseil d'Etat. 

1. Nous manquons de place à Genève, les parkings en consomment beaucoup. Dans ce cas, le sol est fourni par la France. 

2. Nous voulons que ces véhicules n'encombrent pas nos routes d'accès et n'occupent pas les places de stationnement proches du centre ou ne jouent pas les voitures ventouse dans nos quartiers suburbains. Ces parkings permettent de les retenir loin de Genève. 

3. Nous voulons dépenser le produit de nos impôts avec parcimonie. Une place de stationnement nous coûte environs 3000 francs en France voisine, au moins le double si elle est construite en Suisse et 50 à 60'000 francs si elle est construite en sous-sol, ce qui est d'autant plus nécessaire que l'on s'approche du centre où le sol est rare et cher. 

4. Dans les cas sur lesquels nous votons le 18 mai, ce sont les communes françaises qui assurent l'entretien des parkings. 

5. Le plus intéressant, c'est que les dites communes françaises n'ont pas un intérêt fondamental à cette construction. C'est nous qui avons le plus à y gagner. 

Franchement, s'opposer à ce crédit, c'est vraiment faire preuve d'un manque de vision. Sommes-nous devenus aussi étroits d'esprit que la seule expression "dépenser des sous en France" hérisse le poil d'une majorité de votants ? Devra-t-on aller jusqu'à s'enfermer dans un Heidiland genevois, tellement contraire à l'esprit et à toute l'histoire de notre Canton ? Je n'ose le croire. 

21/03/2014

Vladimir Poutine a-t-il vraiment gagné ?

En apparence, le président russe à gagné. La Crimée retrouvera la place qu'elle avait dans la première orbite russe avant son rattachement à l'Ukraine en 1954. Mais, comme le dit très bien le journaliste Eric Hoesli, spécialiste de la région depuis plusieurs décennies, le camp "pro-russe" d'Ukraine a perdu un peu plus d'un million de votants. Les votes et élections ont désormais toutes les chances d'y tourner en défaveur de Moscou. Et, au vu de ce qui s'est passé en Crimée, l'Ukraine aura d'autant moins de scrupules à s'approcher de l'UE et de l'OTAN, ce qui est exactement ce que le Président voulait éviter. 

Sans parler des diverses sanctions prises et à prendre contre la Russie ou certains de ses responsables, la situation économique n'est pas bonne. La bourse est au plus bas depuis 2009 malgré un petit rebond, les investisseurs vont hésiter à s'y aventurer, l'économie dépend exagérément des exportation de gaz et de pétrole. Plus largement, la démographie y est mauvaise. 

Finalement, si personne n'est vraiment gagnant à l'issue de cet épisode, qui n'est peut-être pas tout à fait terminé d'ailleurs, la Russie pourrait bien sortir comme la vraie perdante de ce bras de fer au léger fumet de Guerre froide, même si cette page semble, elle, bel et bien tournée.

09/03/2014

"A 10 mètres !"

Pour terminer le weekend sportif, un petit billet léger. Comment en finir avec les incessantes réclamations des joueurs de football contre (presque) toutes les décisions arbitrales ? A part travailler en amont avec les formateurs et les plus jeunes joueurs, je ne vois qu'une solution, drastique mais extrêmement simple. Elle s'inspire d'un sport dont j'adore l'état d'esprit qui subsiste fort heureusement même après une dizaine d'années de professionnalisme. C'est l'arme absolue dans les mains de l'arbitre : "A dix mètres !" Chaque fois qu'une équipe ou une partie d'équipe discute une décision ou refuse de se reculer aux 10m réglementaires pour que le jeux puisse continuer, l'arbitre peut faire reprendre le jeu 10m plus en avant. Dans le plus extrême des cas, cela se termine dans la propre zone d'en-but de l'équipe indisciplinée et il y a essai. Fin de la discussion et début du jeu dans un état d'esprit positif. 

Est-ce un hasard si le rugby ne connait pas le phénomène du hooliganisme, qu'on n'y a jamais vu de grillages autour d'un terrain, si les supporters sont mélangés toutes couleurs confondues et non parqués séparément comme des fauves dans des zones fortifiées. Et on a jamais vu de compagnies de robocops passés leurs samedis ou dimanches en standby autour des stades pour gérer les flux de pseudo-supporters.

Au moment où l'on parle de la création d'une grande équipe de rugby à Genève qui pourrait tenter de jouer dans le championnat de France professionnel, cela fait réfléchir.