25/05/2014

Elections européennes : seulement 25% pour le FN !

Ce lundi, les analystes diront que 25% des voix pour le FN aux élections européennes, c'est énorme. J'aurais personnellement souhaité que ce fût moins, mais c'est ainsi, le peuple s'est exprimé. Et à ce propos, ceux qui se croient obligés de dire qu'il s'agit "d'un jour sombre pour la démocratie" se trompent. Même s'il nous déplait, ce vote est certainement démocratique.

Au risque de nager à contre-courant, je pense que ce score est finalement assez faible. Voici pourquoi :

1. les partis au pouvoir en France ces dernières années ont montré un visage pathétique. Inconsistance politique du parti socialiste, incurie du gouvernement Ayrault d'un côté, misérable guerre des cheffaillons et troubles affaires financières à l'UMP de l'autre côté. Il est facile au FN de surfer sur cette vague de ratage généralisé, d'autant plus qu'il n'exerce pour l'instant que le ministère de la Parole Facile et n'est pas vraiment jugé sur son programme économique pourtant absurde, notamment la sortie de l'Euro et la restauration des frontières nationales.

2. les gouvernements français successifs et européens en général ont pris l'habitude de se dédouaner de tous leurs échecs et des aléas de la crise sur le dos de Bruxelles. Il est impossible de faire partager et apprécier les succès européens qui sont nombreux et remarquables lorsqu'on passe onze mois sur douze à critiquer les "bureaucrates non élus de Bruxelles". Les électeurs ont en bonne partie voulu sanctionner les faiblesses de leurs dirigeants nationaux lors d'une élection qu'ils considèrent (et que la presse continue de décrire) comme peu importante pour leur avenir immédiat et leur vie quotidienne. Le paradoxe est que jamais une élection européenne n'a été si démocratique ni n'aura eu autant d'impact sur la future Commission européenne. Jamais un Parlement européen n'aura eu autant de pouvoir que celui qui est désigné ce jour.

3. la mondialisation économique en marche, le village global crée par internet et le bouleversement des équilibres géopolitiques qui s'annonce autour de la Vieille Europe désorientent une grande partie des citoyens. Le repli présenté comme possible par les populistes de tous bords devient soudain synonyme de sécurité pour l'électeur moyen. Un nouveau cocooning.

4. la critique est toujours plus facile que l'exercice du pouvoir. Cela se vérifie en France comme à Genève ou en Suisse. Les résultats des 9 février et 18 mai l'ont encore montré.

5. personne n'a su présenter l'aventure de l'Union européenne sous un jour positif. Jacques Delors est probablement le dernier à avoir eu l'épaisseur politique et humaine suffisante pour l'incarner en France.

6. le FN a certainement réussi une véritable mue de son personnel politique, diluant le petit noyau rance de vieux fascistes "historiques" dans une nouvelle masse de néo-conservateurs plutôt xénophobes, islamophobes, isolationnistes et cyniques. Plus jeunes et présentables, ses cadres ont appris à marteler un message simple, voire simpliste, sans paraître douter jamais.

Poussé par toutes ces circonstances favorables, le score du FN, qui marque les esprits et les statistiques électorales, n'est au fond pas si important. J'en veux pour preuve qu'interrogés sur la substance des questions européennes, la majorité des électeurs français ne veulent ni sortir de l'Union, ni quitter l'Euro.

Commentaires

Nous pouvons faire le même constat en Suisse, depuis le temps qu'on nous rabâche du blocher à toutes les sauces, pas très étonnant !

Mais parlons plutôt de l'abandon programmé ou pas des partis "traditionnels" ;

Ils ont, à mon avis, laissé une place non négligeable au vide vite comblé, que font nos tribuns acceptables politiquement ?

Pas grand chose, ce sont des faibles, ceux qui abandonnent ceux à qui ils avaient tant promit et à qui ils ont tant mentis, finalement ils ne valent pas beaucoup mieux que les pires ordures fascistes et populistes à souhait !

Cette vague brune n'est rien d'autre que les restes d'un festin toujours trop frugale pour les pouvoir sans âme.

Alors, l'histoire suit son cycle concentrique et se répète.

Il n'y a rien de moral dans ce jeu malsain, de quelque coté que ce soit !!

Bientôt la France votera républicain ou socialiste, par réaction, ce sera trop tard !

Écrit par : Corto | 26/05/2014

En quoi la sortie de l'euro serait dommageable a la France ??? Que je sache , La Suisse ou la Suède sans l'euro pour ne citer que ces deux nations , s'en portent mieux que nous !!!On peut aller plus loin , le japon sans immigrés n'a pas de chômage (3,5% )et 5 fois moins de délinquance que la France ! Le général De Gaulle dés son arrivée au pouvoir a dévalué le franc de 20% ce qui a "bousté" l'économie Française !Et que je sache ,avec 0,80 euro pour 1F Suisse , les Suisses ne se déplacent pas en calèche tirée par un mulet , de même au Japon avec 140/145 yens pour 1 euro !!!

Écrit par : Fusone Daniel | 26/05/2014

Comme chez nous, à Genève, avec le Mouvement Citoyen Genevois, la France fait savoir aux élites qu'elle n'en peut plus.

Voilez vous la face, cachez vous dans le sable comme une autruche, mais la Vérité est là.

Combien de pour cent (%) vous faut-il pour comprendre ce message de lassitude ?

Écrit par : Victor-Liviu DUMITRESCU | 26/05/2014

En France comme en Suisse, les partis traditionnels sont engoncés dans leurs schémas crétins d'opposition gauche-droite sans voir que la situation est grave et réclame un front commun pour prendre les mesures qu s'imposent. Pas pour contrer l'extrême-droite populiste, qui n'est qu'un épiphénomène (Marine fait à peine 10% de mieux que son père et Mégret) mais pour résoudre le problème de fond qui est la redistribution des cartes après la décolonisation. Redistribution des ressources, des moyens de production et des accès aux marchés. Ce que l'on appelle la mondialisation et qui n'est simplement que la montée en puissance légitime, des anciens colonisés, qui obtiennent leur part d'un gâteau qui n'est pas extensible à l'infini.
Ce constat est simple et évident, comme il est évident que cela a forcément des conséquences sur notre train de vie en tant que société opulente. Or les partis traditionnels font comme si cela n'existait pas et les les partis populistes prétendent qu'il suffit de fermer les frontières pour résoudre le problème, ce qui en ferait que l'aggraver. Ne serait-ce que parce que les ressources, par exemple, ne sont pas chez nous et que nos sociétés vieillissantes sont sans avenir sans immigration.

Écrit par : Philippe Souaille | 26/05/2014

En France comme en Suisse, les partis traditionnels sont engoncés dans leurs schémas crétins d'opposition gauche-droite sans voir que la situation est grave et réclame un front commun pour prendre les mesures qu s'imposent. Pas pour contrer l'extrême-droite populiste, qui n'est qu'un épiphénomène (Marine fait à peine 10% de mieux que son père et Mégret) mais pour résoudre le problème de fond qui est la redistribution des cartes après la décolonisation. Redistribution des ressources, des moyens de production et des accès aux marchés. Ce que l'on appelle la mondialisation et qui n'est simplement que la montée en puissance légitime, des anciens colonisés, qui obtiennent leur part d'un gâteau qui n'est pas extensible à l'infini.
Ce constat est simple et évident, comme il est évident que cela a forcément des conséquences sur notre train de vie en tant que société opulente. Or les partis traditionnels font comme si cela n'existait pas et les les partis populistes prétendent qu'il suffit de fermer les frontières pour résoudre le problème, ce qui en ferait que l'aggraver. Ne serait-ce que parce que les ressources, par exemple, ne sont pas chez nous et que nos sociétés vieillissantes sont sans avenir sans immigration.

Écrit par : Philippe Souaille | 26/05/2014

Il n'y a pas de mesure, ni de contre mesure, ni d'euro ou pas d'euro pour sortir la France de l'ornière, disons qu'aucune de ces pseudos solution n'arrangera l'économie de pays dans les mains d'oligarques financiers, comme ce fut le cas avec la Grèce, ce sera le cas avec la France et bien plus vite que l'on puisse le dire.

La France est pourrie par les pègres, les trafiques, les paradis fiscaux, les vielles familles bouffant les rares bénéfices encore percevables, tous les services sont corrompus et cela au plus haut niveau et ce n'est en faisant du relooking comme l'avait fait Swissair que ce pays retrouvera de sa crédibilité auprès des investisseurs.

La France a vendu les 3/4 de son patrimoine et de ce qu'il y reste d'exploitable ou pas, comment voulez-vous qu'un bateau abandonner par ses rats puisse remonter la pente, déjà il y a 3'000 ans, les armateurs et les marins refusaient les embarcations exemptes de rats !

Écrit par : Corto | 26/05/2014

Il faut voir le bon côté des choses : François Velen est content, lui au moins.

Écrit par : Patatra | 26/05/2014

Absurde pour la sortie de l'Euro, probablement, encore que.

Absurde pour le retour des frontières, alors là... tout comme vos collègues de parti (au gouvernement ou non), vous nagez en plein bonheur Schengen, Dublin et autres bilatérales.

Vous tous, vous n'arrivez pas à prendre en compte la vague de fond des peuples d'Europe de la dose de problèmes que cela leur a amené.

Ne vous inquiétez pas, les scores vont encore monter. Il fut un temps pas si lointain où l'on s'étonnait d'un FN à 10%...

Écrit par : JDJ | 26/05/2014

Imaginez un peu si le "scandale" des financements de la campagne de Sarko avaient été révélés 2 jours avant les européennes ?

C'était du 50% pour les fachos garanti !

Écrit par : Corto | 26/05/2014

Certains seraient tentés de dire que le gaullisme est mort, perso, je dis que ça a finit comme ça a commencé, dans le pillage "général" !

Écrit par : Corto | 27/05/2014

@Corto c'est pas tout faux mais comme tout est dans la tête certains resteront Gaullistes en leur âme tout comme les abonnés au Général Guisan car tous deux sont des repères pour ne pas sombrer dans le catastrophisme et l'obscurantisme spirale infernale qui s'est emparée de l'UE européenne jamais autant désunie face à Bruxelles
C'est de là que vient tout le mal,le pays qui veut tout diriger mais avec en contrepartie la possibilité offrir toutes les chances aux nombreuses filières internationales de se développer pour le non recyclage des produits toxiques et qui continuent de produire des déchets à trier par des gamins dans des Pays Africains
De Gaules dirait vous n'avez pas connu le foutoir aujourd'hui vous connaissez son frère jumeau le super foutoir

Écrit par : lovsmeralda | 28/05/2014

ON connait tous le symbole du Verseau représenté par un homme ou une femme transmettant son savoir aux autres.
Mais il existe un autre symbole représentant pour les anciennes générations ,le signe des SS et celui des dangers de l'électricité si on touche par malheur une ligne à haute tension
Ou deux vers copulant à l'infini pour satisfaire au renouvellement perpétuel du serpent de terre ou serpentaire
Ceci étant le New âge et ses paraboles alimentaires ressorties de l'âge presque Néanderthalien ou reptilien du temps ou les hommes baignaient encore dans l'âge de l'ignorance ne doit pas faire oublier que c'est une mode qui consiste a faire avaler des couleuvres incompatibles avec notre patrimoine génétique qui est personnel et qui sert à différencier l'animal de l'humain et à démystifier tout ce qui est contraire au raisonnement qui nous a permis de survivre plus de 60 ans
Faut être logique, comment des théoriciens se basant sur des BD peuvent prévoir le futur
Quand on sait les nombreuses erreurs ayant conduit de nombreux enfants empoisonnés par les aliments non traités dans les hôpitaux ,ceux qui arrivent avec ces théories n'y connaissent absolument rien et confirment par leur savoir ignorant ou presque qu'entre le bouquin des études et la vrai vie il existe un fossé celui de la connaissance qui ne s'apprend qu'en se frottant à la vie de tous les jours et en gagnant sa croûte après avoir gravi tous les échelons de l'existence
Tous ceux qui ont évolué parmi les premiers emballages de Nestlé,Cailler,Peter et Koller savent mieux que quiconque l'évolution exacte de l'alimentaire Suisse
Et c'est pas L'UE et ses nombreux dictateurs qui les feront changer d'avis

Écrit par : lovsmeralda | 28/05/2014

Il y a un propos qui est resté très peu présent concernant les raisons ayant poussés les français de virer dans cette marinade daubée, c'est le socle du FN, c'est à dire, les problèmes liés à l'immigration !

Comme si les le pen avait monter la pente en combattant leurs adversaires politiques avec des positions politiques.

Non, les le pen sont arrivés sur ce pinacle branlant, uniquement par les sentiers de certaines réalités que les médias n'osent même pas prononcer le prénom.

Cette France là, je ne lui donne pas 3 ans avant que le maréchal soit acclamé par des "nous voilà" !!!

Écrit par : Corto | 29/05/2014

@ corto: "La France est pourrie par les pègres, les trafiques, les paradis fiscaux, les vielles familles bouffant les rares bénéfices encore percevables, tous les services sont corrompus et cela au plus haut niveau et ce n'est PAS en faisant du relooking comme l'avait fait Swissair que ce pays retrouvera de sa crédibilité auprès des investisseurs."

Sur ce coup-là je ne peux qu'être 100% d'accord avec vous

Écrit par : Keren Dispa | 29/05/2014

Nous assistons au réveil des nébuleuses fascistes française, attention, ça sent la guerre civile, les français ont perdus leurs repères et ne les retrouverons qu'avec le langage de l'action, les mots ne veulent plus dirent grand chose !

Écrit par : Corto | 01/06/2014

Une Etincelle dans la Nuit Corto ?

Je n'ose y croire...

On friserait le miracle, là...

Écrit par : absolom | 01/06/2014

Monsieur Wawre, le dernier "commentaires" ci-dessus, allusifs et insultants ne sont pas de "Corto" et le deuxième est à caractère antisémite, je vous laisse juge, mais je vous averti que si votre blog prend cette direction, vous en serrez complice !

Merci de ne pas vous laissez prendre dans ce jeu bien genevois grâce aux "règles" antidémocratiques de la TdG !

Écrit par : Simom | 02/06/2014

@ Simon. Merci de votre signalement. Je n'ai pas trouvé d'insultes ou de propos antisémites dans les commentaires à mon post initial. Dans ce cas, j'aurais bien entendu agi. Et j'ai choisi de ne pas effectuer un contrôle "qualité" des commentaires, assumant le fait que des messages peu intéressants y soient échangés. J'ai parfois été contraint, à regret, de suspendre la possibilité de commenter, quand ça allait trop loin.

Sur le fond, je suis en faveur de blogs où l'on s'exprimerait sous son propre nom, même si je sais que ce n'est pas dans "l'esprit internet" et que l'anonymat peut avoir une vraie justification, parfois.

Écrit par : Rolin Wavre | 02/06/2014

Les commentaires sont fermés.