03/04/2015

Le risque 0

Le risque zéro est hors de portée même si le progrès technique a pu nous le laisser croire. Eliminer le facteur humain et tout automatiser ? Le très probable suicide du pilote allemand de GermanWings a ouvert un passionnant débat se société. Plus un moyen de transport est sûr, plus on parlera des accidents. Plus le crime est rare, plus il choque. Logique et presque mécanique. Peut-être faudra-t-il se réhabituer à l'idée que l'accident est possible et, pour notre santé mentale, en accepter la possibilité. Sachant que pour les victimes directes et leurs proches, l'occurence reste inacceptable. Pourquoi ? Pourquoi moi ? Pourquoi eux. Parce que.

Je pense qu'on peut tirer un parallèle avec la période de violence politique et religieuse, voire sectaire que nous vivons actuellement. Nous avons connu depuis les années 80 une période au cours de laquelle les actes de violence politique ont nettement diminué dans nos régions. Les actions menées par la mouvance djihadiste, en Europe, mais surtout, ne l'oublions pas, dans les pays à majorité et tradition musulmane, nous ramènent conduisent vers des temps où il faudra accepter que ce risque existe. Envisager la possibilité qu'un allumé commette un massacre tout près de nous, dans un univers qui nous est familier et que nous voyons et parcourons sans violence depuis des années. 

Il faudra lutter avec détermination, mais aussi accepter que toute lutte sérieuse implique le risque de perte. Le risque ne doit pas nous paralyser mais renforcer notre détermination. Dans son édition du 2 avril, l'Hebdo le disait à propos de Roger Federer : s'il est capable d'une concentration supérieure, c'est qu'il accepte le risque de perdre un point. Il se concentre sur l'objectif qui reste le Jeu. Nous aussi, nous devons regarder loin. Notre Jeu, c'est la défense des valeurs démocratiques et d'ouverture, sans naïveté mais sans peurs.

Les commentaires sont fermés.