17/04/2015

S'opposer aux abuseurs du quotidien

Selon le Haut Conseil à l'Egalité français, 100% des femmes ont subi une forme de harcèlement dans les transports publics au moins une fois dans leur vie. Une campagne rappelle les peines qui sont encourues pour ces agressions, qui vont de la remarque "relou" à l'agression physique sous la forme d'attouchements ou de viol. Elles peuvent être extrêmement lourdes. C'est nécessaire pour rappeler d'abord aux femmes qu'il ne faut pas subir sans rien dire, et utile utile pour que les agresseurs prennent conscience que ces atteintes sont vraiment graves. 

Mais cette enquête interpelle pour une autre raison : si toutes les femmes sont si fréquemment agressées, c'est en bonne partie parce que nos sociétés banalisent ces actes. Pourquoi les amis, l'entourage de ces abuseurs du quotidien, n'interviennent-t-il pas ? Pourquoi dans les bandes n'est-il pas honteux de s'en prendre à une femme, la plupart du temps seule ? Pourquoi les autres voyageurs n'interviennent-ils pas plus lorsque ces actes sont visibles ? Pourquoi les victimes restent-elles si souvent silencieuses sur le moment et renoncent-t-elles a porter plainte ensuite ? Je considère que c'est une attitude citoyenne indispensable que de s'opposer très clairement à de tels comportements chaque fois que nous en sommes témoins mais aussi quand des abuseurs tentent de s'en glorifier, de banaliser ou même de justifier ces insupportables agressions du quotidien. 

Commentaires

A tant de pourquoi il existe sans doute de nombreuses raison concernant la non assistance à une personne en danger.
La première à laquelle une personne a été confrontée car dans l'impossibilité de dormir la nuit plus de 4 ans durant c'est que tout le monde savait mais que personne ne voulait aller au tribunal pour témoigner
Tandis que la gérance sollicitée pour voler au secours de la dite personne lui répondit surtout ne bougez pas sinon il y aura des représailles ce qui a fait réagir exactement dans le sens contraire la victime
Peut-être Est-ce la peur de devoir témoigner ou la peur de représailles qui poussent tant de gens à prendre parti pour dénoncer par écrit mais qui sont dans l'incapacité de se bouger eux pour voler au secours des personnes maltraitées ou victimes d'abuseurs en tous sens et genres
Ce qui de suite après guerre existait déjà ,derrière leurs volets les gens assistaient aux dérouillées entre enfants avec blessures mais jamais personne n'est intervenu.
Il aura fallu attendre 1955 pour qu'un réfugié Hongrois outré intervienne et ceci mis fin a ce qui de plus en plus avait l'allure de la petite criminalité
Finalement le monde a peu évolué
Très belle soirée pour Vous Monsieur Wavre

Écrit par : lovejoie | 18/04/2015

Les commentaires sont fermés.