13/05/2016

Grand Guignol : vers une nouvelle saison ?

Les grands hommes savent faire leur sortie. Les autres se retirent simplement. Quelques uns la ratent lamentablement. Le pitoyable feuilleton offert par Gominator en est un bon exemple. Celui qui a une conviction politique, une ligne de conduite arrive de lui même à la conclusion que l'aventure se termine, parce que les objectifs sont atteints, parce qu'ils ne sont plus atteignables ou parce qu'une nouvelle génération est arrivée. 

Mais celui qui est motivé avant tout par l'attrait de son propre reflet dans le miroir médiatique ne peut simplement pas admettre de se retirer. Parce que tout est dans le reflet de soi. Dans les réactions provoquées chez les autres, qu'elles soient signe d'admiration ou d'exaspération. Pour ce type d'hommes (parce que les femmes sont rarement sujettes à ces dérives), accepter de ne plus être au centre de l'attention est impossible. Même au prix de la plus grande incohérence. 

Pourquoi faire un blog sur cet épisode ? Non pour le personnage qui présente peu d'intérêt politique sur le fond mais pour l'effet incroyablement négatif qu'il a exercé sur la politique genevoise depuis une quinzaine d'années. Majorités impossibles à trouver, incohérence, insultes et refus d'obtempérer aux ordres de la police, mépris pour la présidence du Grand Conseil. Sous son influence, ses disciples ont encombré notre parlement de motions et autres interventions presque toute destinées à la galerie. Le contraste avec nos voisins vaudois est saisissant. Même si toutes les dérives genevoises ne peuvent pas leur être imputées, les agitateurs n'ont rien apporté à Genève que confusion, insultes, racisme, homophobie. Ils en sont arrivés à salir même le qualificatif  de populiste, c'est dire... Un "style" politique dont on peut bien reconnaitre, avec Pascal Décaillet par exemple, qu'il a certains mérites, savoir être proche d'une partie importante de l'électorat n'était pas le moins intéressant. 

Finalement, qu'il reste ou parte m'est totalement égal. Ce qui me fait mal, c'est de voir dans quel état se trouve notre Grand Conseil. Il faut absolument que cesse ce Grand Guignol, que les députés se mettent à travailler au lieu de consacrer toute leur énergie à polémiquer. Les Vaudois nous ont montré qu'il était possible de s'entendre pour soutenir un projet et pas seulement pour dégommer celui des autres. Il est plus que temps que cesse le Grand Guignol.

Les commentaires sont fermés.