16/08/2016

Un T-shirt, ça peut aussi aller, non ?

Je n'aime pas le burkini. Ce vêtement entre en conflit avec les normes vestimentaires habituellement acceptées dans nos régions, avec d'autant plus de violence qu'il est très souvent noir. Il ne viendrait à l'idée de personne d'aller de baigner en bikini sur une plage saoudienne, sans vouloir faire de la réciprocité une règle absolue. L'interdire ou non est une question d'opportunité politique : cause-t-il un tel problème à l'ordre public qu'il faille régler la question d'une manière aussi invasive ? A voir de cas en cas.

Par contre, les baigneuses que le maillot de bain tel qu'il est porté en Europe indispose peuvent parfaitement porter un cycliste aux genoux et un T-shirt par dessus leur maillot sans que personne ne s'en offusque. Nombreux sont les baigneurs qui veulent simplement se protéger d'un soleil de plus en plus agressif. Négliger cette solution "douce" revient à imposer à une région un code vestimentaire qui ne lui est pas naturel. C'est d'autant plus étonnant que le Moyen Orient dont viennent la plupart de ces personnes est très sensible aux questions d'hospitalité, de coutumes et de respect. 

Finalement, en tant qu'homme, je me sens collectivement offensé à l'idée que le corps d'une femme doive être protégé de mes instincts ou de mes regards. Serai-je donc tellement dangereux et incapable de me contenir à leur vue ? 

 

Commentaires

Vous réfléchissez trop. C 'est juste de la propagande islamiste avec toutes les injustices et les provocations qui vont avec. Trouver une justification à ce comportement c'est faire le lit d'une idéologie totalitaire qui veut détruire l'occident par l'anti-évolution parce qu'elle n'est pas capable de de lui arriver à la cheville.

Écrit par : norbert maendly | 16/08/2016

Les commentaires de ce blog sont censurés.

Écrit par : norbert maendly | 17/08/2016

Non, ils ne sont pas censurés mais les commentaires injurieux ou hors sujet sont éliminés.
Là, j'ai juste un peu tardé à valider le vôtre.

Écrit par : Rolin Wavre | 17/08/2016

"Finalement, en tant qu'homme, je me sens collectivement offensé à l'idée que le corps d'une femme doive être protégé de mes instincts ou de mes regards. Serai-je donc tellement dangereux et incapable de me contenir à leur vue ?"

J'aime cette conclusion! Car on dépasse le pseudo débat sur la liberté et l'habillement.

Écrit par : Riro | 17/08/2016

Autant pour moi, Monsieur Wavre.

Écrit par : norbert maendly | 17/08/2016

Un excellent billet sur le sujet, avec malheureusement les commentaires fermés :
http://philippesouaille.blog.tdg.ch/archive/2016/08/17/a-poil-ou-en-burkini-278255.html

Écrit par : Géo | 17/08/2016

En effet, la lecture du blog de Philippe Souaille mentionné par Geo est très intéressante. En particulier sa conclusion sur le caractère très politique de tous ces événements. C'est d'ailleurs le danger principal : avec leurs arguments émotionnels (une sorte d'oxymore d'ailleurs), les extémistes / fondamentalistes d'un côté ou de l'autre tendent à confisquer le débat sans laisser d'espace à la grande masse de ceux qui sont prêts à en débattre dans la courtoisie et la sérénité.

Quand tout en vient à tourner autour des peurs, on est parti pour le pire.

Écrit par : Rolin Wavre | 18/08/2016

Le problème que nous avons avec l'Islam ne se limite pas à ses prosélytes revendicateurs, justement dénoncés ci-dessus. Même ses pratiquants relativement modérés sont enfermés dans le carcan fondamentaliste qui pose comme immuable et intouchable leur tradition telle qu'elle leur a été enseignée (ou telle qu'il l'ont comprise), qui met sa tradition au-dessus de toutes les autres valeurs, lois et coutumes.
C'est donc souvent avec une parfaite bonne conscience qu'ils manquent de respect aux autres, en particulier à nous autres Occidentaux, persuadés qu'ils n'ont pas le choix et qu'en obéissant à leur foi ils ne font qu'attester de sa supériorité indiscutable. Ils ont la bonne conscience de nos Eglises d'antan et de nos ancêtres colonisateurs, pour qui suivre leurs coutumes chez les peuples colonisés ne pouvaient que leur donner le bon exemple.
Le respect qu'ils exigent ainsi à l'égard de leur propre vérité n'a pas a être payé en retour, car il ne se situe pas sur le même plan. C'est l'opposition entre l'absolu et le relatif, et donc entre le supérieur et l'inférieur. Leur vision peut se traduire par "J'obéis à la parole divine, vous ne faites qu'obéir à des lois humaines."

Écrit par : Mère-Grand | 18/08/2016

On peut rester dans la courtoisie, la sérénité ET la fermeté. Je n'ai aucune haine contre les musulmans, tant qu'ils ne cherchent pas à nous envahir. Ce qu'ils sont en train de faire actuellement...

Écrit par : Géo | 18/08/2016

@Mère-Grand
C'est le "problème" que posent la foi en des normes supérieures qui peuvent sembler au croyant s'imposer à tout le reste, même "de bonne foi" (intéressante, l'expression, d'ailleurs).
C'est la raison pour laquelle je ne suis pas croyant au sens classique si ce n'est à quelques valeurs (le mot est bateau, je sais, mais je n'ai rien de mieux). Je refuse que l'on m'impose des dogmes et un set de règles de vie à prendre en bloc et qui m'enlèveraient mon libre arbitre et la responsabilité pour mes actes.

Les choses étant largement culturelles, il y a aussi des normes occidentales qui peuvent choquer, selon son origine : pas de doute que la nudité ou la merchandisation du corps, de la femme en particulier, peuvent surprendre. La photo publiée ce matin du match de beach-volley entre Egypte et Allemagne est assez parlante.

Écrit par : Rolin Wavre | 19/08/2016

@Géo
Ok pour la fermeté (dans la courtoisie)

L'histoire du monde est faite de modifications démographiques. Ca s'est souvent très mal passé, mais pas toujours. Comme la météo, les courants (vents) répondent à des différences de pression. Il se trouve que la vieille Europe est une zone de basses pression vers laquelle se forment des vents, certains utiles et d'autres plus difficiles à gérer. Je suis de ceux qui estiment qu'on peut arriver à vivre cette période d'une manière sereine, entre le repli total et l'ouverture naïve.

Je rejette donc la fermeture que nous proposent les nationalistes et l'ouverture totale du style "personne ne doit être illégal", ce qui est la négation de la loi.

Écrit par : Rolin Wavre | 19/08/2016

@Rolin Wavre
Votre premier alinéa montre que nous sommes largement d'accord sur les points qui y sont abordés.
Quelques considérations sur le deuxième: pour nous la culture est d'origine humaine, variable donc dans le temps et l'espace, sujette à évolution. L'anthropologie et l'ethnologie ont largement illustré la diversité presque infinie des cultures humaines, ainsi que l'évolution qu'elles ont subies au cours des temps.
Il semble bien que pour les tenants les plus fondamentalistes des religions, en particulier pour les Musulmans qui font l'objet de nos débats, la religion échappe à ces caractéristiques: non seulement leurs écrits sacrés ne sont pas d'origine humaine, mais ils sont et doivent rester immuables dans leur forme et leur interprétation.
En conséquence, toutes les formes religieuses, de même que toutes les formes culturelles, qui s'éloignent de celle qui a été ordonnée et définie par leur dieu ne peuvent qu'être fausses ou représenter un stade inférieur (parce que antérieur) de et à celle qui a fait l'objet de la dernière révélation. Elles sont tolérées lorsque, et aussi longtemps que, les circonstances ne permettent pas d'imposer la Vérité (religieuse, dont absolue, ce qui justifie la majuscule) à ces incroyants et donc inférieurs, et le devoir de tout bon croyant est d'oeuvrer à cette tâche.
Cela explique qu'il ne peut y avoir de véritable compréhension de la diversité culturelle telle qu'elle est vécue et comprise dans nos sociétés laïques modernes, encore moins un véritable respect pour ceux qui les pratiquent. De manière anachronistique (si j'ose ce néologisme), nous nous trouvons à cet égard exactement dans la même situation que les Conquistadors de l'Amérique ou que les missionnaires chrétiens dans les colonies d'antan.
Ce n'est pas étonnant, car au regard de la Vérité révélée à laquelle se réfèrent nos colons venus de l'étrangers (qui le restent souvent même après des années de vie et d'éducation dans nos pays), les valeurs fondamentales ne peuvent prendre leur origine dans la seule conscience humaine et ne peuvent pas être sujettes à évolution, pas plus que l'être humain ne l'a lui-même été. Cette idée même est inacceptable et scandaleuse pour eux, aussi scandaleux qu'était la théorie de l'évolution pour les adversaires de Darwin et de ses collègues à l'époque victorienne.

Écrit par : Mère-Grand | 19/08/2016

@ Mère-Grand
Une remarque sur l'unicité de l'islam. C'est une tendance de toute religion et de tout croyant que de considérer que sa propre vision / dogme est la seule valable, est intangible parce que révélée. Mais l'histoire nous montre qu'il y a de nombreuses interprétations du Coran, qu'une large part de cette religion est constituée de dires rapportées, dont la valeur dépend de la manière dont on la remet ou non dans son contexte. L'Islam laisse donc la place à de très larges efforts de réforme dans la pratique et même la doctrine. Et on fait dire tout et son contraire par les textes écrits /ou les hadiths exprimés dans ces circonstances totalement différentes de nos temps actuels.

Je crois me souvenir qu'il existe une notion linguistiquement proche du jihad : l'ijtihad, qui est un effort de recherche sur soi pour être meilleur et que cet effort n'implique absolument pas de considérer comme impie tout ce qui pense ou croit autrement, et encore moins d'aller trucider tous les réputés infidèles.

J'ai toujours trouvé qu'une notion comme l'infaillibilité papale était très discutable. Ai appris plus tard qu'elle ne datait que de la fin du 19e siècle.

Écrit par : Rolin Wavre | 19/08/2016

Les mœurs évoluant les corps des femmes n'ont plus à être protégés des regards masculins uniquement.

Lesbos obligeant des regards féminins...itou.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 23/08/2016

Les commentaires sont fermés.