16/09/2016

Revenu agricole : la baisse ne peut pas continuer

Le revenu paysan baisse encore ! Selon l'Agroscope, le revenu par exploitation a connu une baisse de 6,1% en 2015. Chaque exploitation apporte en moyenne 61'400.- par année, ce qui n'est vraiment pas beaucoup quand elle doit faire vivre plusieurs personnes. 

Les causes : baisse du prix du lait (prix payé au consommateur, pas dans votre supermarché préféré), baisse du prix de la viande payé au producteur et les conditions météo. Mais pourquoi continuer à produire si on en vit à peine ? Notre agriculture ne peut, ne doit pas disparaitre. Les payements directs sont une solution partielle quand elle rémunère une véritable fonction de maintien du paysage, comme c'est le cas pour l'agriculture de montagne, où il est difficile d'être compétitif. Par contre, c'est d'une rétribution de leur travail que les agriculteurs ont besoin. Pour vivre mais aussi par dignité. D'autant plus quand ils produisent de la qualité, localement. De ce point de vue, GRTA est une action salutaire. Il faut consommer des produits issue de notre terroir et du travail de gens qui nous sont proches. Et si possible de saison...

Je suis favorable au lancements de marchés paysans qui pourraient offrir des produits locaux. Communes et associations pourraient y penser lors de réaménagements de quartiers ou de locaux municipaux. Si une option se présente dans ma commune de Chambésy, je ferai tout mon possible pour que l'on suscite la création d'un tel point de vente des produits de la ferme. 

Commentaires

Alors il faudra envisager de changer de formation politique car vos pairs sont directement responsables de la situation.
Vous vous apprêtez d'ailleurs à signer l'arrêt de mort de l'agriculture suisse en incitant le CF à valider les accords transatlantiques, heureusement contestés en Europe.
Et ce n'est pas économiesuisse qui va aider. http://posttenebraslux.blog.tdg.ch/archive/2016/02/26/economiesuisse-boujour-la-transparence-274374.html

Écrit par : Pierre Jenni | 16/09/2016

@Pierre Je crois au débat à l'intérieur des partis, le mien en premier. Et le consommateur a aussi un rôle à jouer par ses choix d'effectuer des achats de proximité et de qualité. Pour autant qu'il soit clairement informé de ce qu'il achète. C'est pour cela aussi que je me bats comme responsable de la Fédération romande des consommateurs (FRC) section Genève.

De plus, je suis un partisan d'une économie qui met l'humain au centre. Qu'y a-t-il de plus humain qu'un agriculteur et sa famille ?

Écrit par : Rolin Wavre | 16/09/2016

Nous avons déjà effleuré le sujet Rolin. Si le débat est sain à l'interne, il ne sert pas à grand-chose au final lorsque les minorités doivent s'aligner.
L'UDC vit d'ailleurs assez mal son clivage entre libéraux et conservateurs. Le PBD en a été une des conséquences.
Si le PLR ne parvient pas à faire sa mue et limiter les dégâts de son approche idéologique destructrice, il sera condamné à relativement court terme et l'Histoire retiendra sa responsabilité dans la fuite en avant d'un capitalisme financier débridé qui ne profite qu'aux nantis.
Vous comprendrez alors à quel point un humaniste n'a rien à faire dans cette famille.

Écrit par : Pierre Jenni | 16/09/2016

"De plus, je suis un partisan d'une économie qui met l'humain au centre. Qu'y a-t-il de plus humain qu'un agriculteur et sa famille ?"

Vous me faites bien rire, j'en ai assez pleuré! L'agriculture en Suisse est moribonde et la PA 14-17 l'a achevée. Quand vous parlez des marchés paysans ce n'est que les Maraîchers et un peu l'annexe paysans comme les œufs, les produits transformés faits maison.

Avez-vous au moins une fois dans votre vie regardez le tour de Romandie ou le tour de Suisse? Avez-vous pris conscience en voyant les vues aériennes du travail fait par les Agriculteurs, ceux de plaine donc...aussi? Tous ces champs cultivés, si beaux par leurs diversités et l'immense travail que cela a nécessité....sur des mois!

Avez-vous vraiment conscience de ce qu'implique être Agriculteur aujourd'hui....
Tiens je vais vous faire rire. Vous savez qu'ils subissent des contrôles.
Sachez qu'au printemps de chaque année, ils doivent remplir des formulaires pour les cultures de leurs champs, et bien lorsque les contrôleurs arrivent au temps du contrôle, ils arrivent avec les plans de cultures de l'année précédente!!!!!!Ces derniers ne sont pas pénalisés; plutôt grassement payés pour leurs déplacements (à deux) leurs repas et un forfait pour leur travail....oups!
Par contre si l'Agriculteur a oublié un carnet (des champs et des prés), il sera pénalisé. Et s'il ne se présente pas au contrôle, car c'est bête hein, mais les conditions météorologiques prédominent bien souvent dans ce métier, et bien la sanction sera un bon 10% de pénalité sur ses paiements directs....pas mal...non! Qui veut ou accepterait de travailler pour ces beaux paysages et ce pays.....à ce tarif-là?

Beaucoup de jeunes sont partis (Suicidés....ou au Canada voire Roumanie....et d'autres encore s'y préparent!

Les nouvelles mesures du maintien de leurs paiements directs adoptées par le parlement concernent la PA 2018-2021, mais il reste 2017!

Quand c'est trop tard, c'est trop tard!

Écrit par : Corélande | 16/09/2016

Votre parti soutient la production locale et en même temps la venue de migrants pourtant les seconds ne sont pas labellisés GRTA. Il faudra bien que vous choisissiez entre aider ceux qui nous nourrissent ceux que l'on nourrit. A force de vouloir donner une bonne image à tout le monde vous allez en donner une mauvaise à tout le monde.

Écrit par : norbert maendly | 16/09/2016

@ Norbert Vous mélangez tout. Je dis justement qu'il ne s'agit pas de "donner des sous à tout le monde". La subvention doit avoir un rôle limité et correspondre à une tache précise qui ne peut pas être valorisée par le marché : les paysages. Pour le reste, je dis que l'industrie transformatrice doit payer correctement le produit de base (cf baisse du prix du lait au producteur, hausse du prix à la vente au consommateur). Et je dis aussi que c'est au consommateur de faire son choix. S'il existe un système de vente directe ou semi directe, la marge peut revenir mieux au producteur.

Ayant dit cela, la conclusion c'est qu'il n'y a pas à choisir spécialement entre agriculture et migrants. Ce serait trop simple. Il y a et doit y avoir une politique de la migration et de l'asile, mais ce n'était pas l'objectif de ce billet...

Écrit par : Rolin Wavre | 16/09/2016

@Monsieur Rolin Wavre ce que vous écrivez fleure le bon sens mais il faudrait sauver les petits commerces qui tous travaillaient main dans la main avec les agriculteurs de notre pays
C'est bien joli de vouloir tout sauver mais il faut s'en donner les moyens car jusqu'à preuve du contraire pas un élu communal ne va chez le dernier épicier-primeur
C'est le monde à l'envers dans le temps on avait une dizaine d'épiceries pour 1000 habitants avec 6000 habitants on n'en a plus qu'une
Ceux qui en ronchonnant on accepté la fusion voient que même associés les uns aux autres personne ne va davantage faire ses achats chez le petit commerçant
Et pour vraiment sauver les agriculteurs et d'autres commerces il y aune solution prendre son temps refuser dans la mesure du possible tout ce barda électronique qui a lui tout seul est responsable de nombreuses dépenses dont s'exonèrent eux mêmes ceux vivant sans tous ces gadgets connectés é la folie humaine
Très bon dimanche pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 18/09/2016

@Monsieur Rolin -Wavre désolée d'y revenir mais née dans une boite de petits pois ce sujet me convient très bien
N'omettons pas une chose capitale c'est le consommateur qui réduit à néant les rêves des utopistes qui veulent sauver tout le monde
En effet dès 1950 des ailerons de requins ont été réclamés par des gens qui avaient eu la chance ou de frayer des Asiatiques ou d'avoir séjourné en Chine ou ailleurs
Quand les étrangers sont de passage dans notre pays ils réclameront le plus souvent des produits qu'ils ont l'habitude de manger chez eux
On l'a vu en Franche Comté suite à l'arrivée de nombreux Helvètes
Quand au citoyen-consommateur actuel se déplaçant souvent plus vite que son ombre lui veut manger ce qu'il a connu pendant ses vacances alors qu'à notre époque on mangeait ce qu'il y avait et en plus on était pas submergé d'émissions culinaires vantant des recettes auxquelles pour donner du piment il faut ajouter des produits que notre pays ne cultive pas
-Alors de deux choses l'une ou on accepte le monde actuel sans trop se prendre la tête ou alors on fait tout pour sortir du chapitre des plaintes qui ont débuté dés l'arrivée des logiciels qui n'ont que la logique qu'on veut bien leur préter mais qui n'est pas forcément celle de tout un chacun

Écrit par : lovejoie | 18/09/2016

@lovejoie
Vous faites un constat exact : c'est (en partie) le consommateur qui forme le marché par ses comportements. Mais ceux-ci sont influencés par de nombreux facteurs : la publicité, les modes, les croyances, les voyages, les prix. Pour ma part, je crois que le Consommateur doit être informé afin qu'il prenne les meilleures décisions. Et qu'il doit être protégé des fausses informations ou des mécanismes de vente qui lui ôtent sa liberté de choix. Par exemple, les démarchages agressifs, les conditions générales malhonnêtes, les prix sur internet qui varient en fonction de qui est en ligne, les tromperies sur l'étiquetage, etc, Je m'y emploie en tant que président de la Fédération romande des consommateurs (équivalent de UFC Que choisir pour ceux qui ont des références françaises).

D'accord, certains consommateurs de produits "indécents" (ou simplement interdits), tels les ailerons de requin posent problème. De même que les acheteurs d'animaux protégés importés dans des conditions scandaleuses. Dans ce cas, c'est simplement illégal. S'il n'y avait pas d'acheteurs d'images pédophiles, il n'y aurait pas de marché non plus. On peut s'en désoler ou lutter contre.

Écrit par : Rolin Wavre | 18/09/2016

La protection du consommateur est un pansement sur une jambe de bois. La FRC est certainement partie sur de bonnes bases, mais, comme toutes les organisations qui dénoncent, elle a dû faire preuve de pragmatisme afin d'assurer sa survie. Ainsi se focalise-t-elle sur des problématiques rentables et laisse sur le carreau les petits larcins. J'en ai personnellement fait l'expérience et je n'ai pas même reçu un accusé de réception de mon courrier.
Mais la véritable question n'est pas là. Aujourd'hui, il est simplement impossible d'être un véritable consom'acteur. Pour plusieurs raisons.
D'abord il est devenu pratiquement impossible de tracer les produits.
Ensuite, la mondialisation ne permet plus de trouver certains produits en faisant appel à des fabricants locaux. Ils ont été bouffés.
La composition des produits, les asssemblages, l'empaquetage, tout est fait dans plusieurs endroits du monde qui ne respectent évidemment pas les principes de bases des conventions de Genève, comme le travail des enfants pour ne donner que cet exemple.
Les accords commerciaux passent outre les juridictions des Etats.
Bref, j'en passe et des meilleures, et surtout j'évite le sujet des GAFA dont nous sommes tous dépendants à notre corps défendant.
Etre libéral aujourd'hui dans notre pays, c'est aller avec le courant et après moi le déluge. Alors un petit mandat à la FRC, ça aide à se construire une bonne conscience, mais les résultats me semblent symboliques et les activités me semblent parfaitement incompatibles puisque vous tentez d'éteindre l'incendie que vous allumez vous-même.
Je ne prendrai que l'exemple de M. Nantermod et des deux tiers du parlement qui vote pour la suppression des tachygraphes dans les taxis, histoire de faire de la place à Uber.
Les députés se rendent-ils comptent qu'ils ont infligé des dépenses qui se chiffrent en millions aux taxis durant plus de 50 ans sous prétexte de protéger les clients d'une fatique du chauffeur au volant et qu'il estiment aujourd'hui que c'est inutile ? Qui va rembourser ces montants injustifiés ?
Non, décidément, les Libéraux de notre pays devront rendre des comptes. Ne serait-ce qu'envers eux-mêmes, lorsqu'ils se regardent dans la glace et qu'ils mesureront l'ampleur des dégâts qu'ils auront infligé à leurs concitoyens.
http://heytaxi.blog.tdg.ch/archive/2016/03/07/le-messie-est-arrive-rendons-grace-274613.html

Écrit par : Pierre Jenni | 18/09/2016

@Corélande
Vous croyez que seul les paysans ont des soucis ?
Qu'ailleurs, c'est la belle vie ? Vous croyez qu'il est toujours possible de choisir ce que l'on veut. N'y a t'il que les paysans qui partent à l'étranger ?

La Confédération participe à 60% aux revenus des paysans.

Vous voulez quoi concrètement ? 100% ?

Les paysans ne sont pas plus mal lotis que la majorité des travailleurs. Les burn-out, suicides sont aussi le lot des travailleurs.

Si avec un tel niveau de subvention, il y a un problème chez les paysans, alors il y en aura toujours.

Favoriser les marché locaux, pourquoi pas, mais ça ne concernera que quelques paysans.

Certains paysans vont économiquement bien d'autres pas. Il y a peut-être une réflexion à faire sur ces différences.

Écrit par : motus | 18/09/2016

@ tous Suis heureux d'héberger ce débat, même s'il est vif. Mais je ne passe que les interventions correctes. Rien eu à bloquer depuis pas mal de temps, ça me réjouit. Bonne soirée à tous.

Écrit par : Rolin Wavre | 18/09/2016

@monsieur Rolin Wavre en effet le débat pourrait durer des jours et des jours
Cependant ce que je déplore le plus c'est de voir tous ces jeunes devenus vraies milices et qui aimeraient pouvoir tout superviser
D'ailleurs si beaucoup de producteurs locaux ne peuvent plus travailler c'est en partie aussi à cause de délations collectives avec en sus contrôles dignes des camps de concentration et paperasses administratives en si grand nombre qu'il y a de quoi mettre la clé sous le paillasson
Certains médias ayant à cœur de réchauffer Le noir de chez noir de plus en plus de gens sont dégoutés de les parcourir et perso ayant travaillé dans les soins je vais vous faire une comparaison peu agréable mais quand je vois ces jeunes dénoncer sans doute aussi pour faire parler d'eux je compare la situation à cette patiente entrain de vomir ses selles dans un lavabo et je n'invente rien croyez moi
Très bonne fin de week'end du Jeune pour Vous Monsieur

Écrit par : lovejoie | 19/09/2016

Les commentaires sont fermés.