26/06/2017

Macron est bien le dernier à blâmer pour l'abstention

C'est classique : les personnes présentes à une réunion se voient souvent reprocher l'absence des autres. C'est plus facile d'exprimer un reproche aux présents qu'aux absents ! Idem en France. De nombreux analystes (et ses adversaires plus encore, mais c'est de bonne guerre) reprochent à La République En Marche le très haut niveau d'abstention enregistré aux législatives de mai. C'est fondamentalement faux : ceux qui ont découragé les électeurs d'aller aux urnes, c'est bien ceux qui ont géré la politique ces dernières décennies, non ? Le sentiment que rien ne change, que les même vieux politiciens s'accrochent à leurs mandats et en oublient de réfléchir ou d'entendre ce que la société réclame à grands cris. 

Reprocher cela au seul mouvement qui apporte vraiment du neuf dans le paysage politique français, sur le fond et la forme, est d'assez mauvaise foi. L'enchaînement des primaires et des élections qui ont fini par lasser, c'était le projet des anciens appareils, avec un seul but : assurer un Sarkozy-Hollande en finale. Franchement, ça paraît tellement loin de ce qu'on vit actuellement. 

23/06/2017

Vélo, voiture ou piéton, une question d'espace (et de santé)

La lecture des courriers des lecteurs de la TdG des 7 et 9 juin concernant les feux lumineux en ville de Genève incitent à réfléchir. Si très peu de voitures passent lors d’une phase verte, c’est justement, comme le relève avec pertinence M. Galletti, parce qu’« en 10 secondes, seuls 5 véhicules vont s’écouler sur une voie de circulation, alors que sur cette même durée, ce sont des dizaines de piétons qui pourront traverser ». Ce calcul est plus juste encore quand les véhicules sont de grande taille et qu’ils ne transportent, comme c’est le plus souvent le cas, qu’une seule personne (+ son smartphone sur les genoux) et aucun chargement, contrairement aux véhicules de livraison ou professionnels dont les trajets, souvent indispensables, devraient être facilités. C’est donc que la voiture individuelle, surtout de grande taille, est moyen de transport le moins adapté là où l’espace manque comme au centre ville. Le même raisonnement s’applique au stationnement.

Même si elle est perfectible, ce n’est donc pas la signalisation routière qui provoque les bouchons mais le mauvais rapport « espace utilisé / personne transportée » du trafic automobile, un élément essentiel au centre ville. Ce rapport est excellent pour les piétons et très bon pour les vélos, et dans une moindre mesure pour les autres deux-roues. Il serait meilleur aussi avec des voitures mieux remplies. Quand on sait qu’une baisse de 10% du trafic en été fait pratiquement disparaître les bouchons, on se dit que la solution n’est peut-être pas aussi hors de portée qu’on le croit. 

 

http://tcsgeneve.blog.tdg.ch/archive/2017/06/09/zero-poin...

http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/carrefour-pieton-mal-loti/story/24497088

 

06/06/2017

Sexisme ordinaire et extraordinaire

Par rapport à la situation en Syrie ou aux attentats de Londres, le comportement du jeune tennisman Maxime Hamou cette semaine à Roland-Garros peut paraître bien innocent. Il ne l'est pourtant pas. Parce que la comparaison de ces situations n'est pas pertinente. 

Le sexisme ordinaire doit être combattu parce qu'il s'insinue dans les esprits : celui des victimes ordinaires qu'il confine dans leur statut et dans celui des abuseurs ordinaires qui se sentent confortés par l'habitude et une certaine mansuétude. Impression renforcée par l'approbation qu'a semblé démontrer l'attitude scandaleuse des chroniqueurs d'Eurosport, Henri Lecomte en tête. Condamnable partout, ce sexisme devient extraordinaire quand il est commis en public et en direct à la télévision. On s'étonnera ensuite que d'autres imbéciles se sentent autorisés à le pratiquer à l'école, dans les halls d'immeubles, dans le métro ou dans la rue. Il ne faut rien laisser passer, jamais, comme l'a utilement souligné la nouvelle ministre des sports, Laura Flessel.

https://www.letemps.ch/opinions/2017/05/31/maxime-hamou-geste-sexiste