19/03/2017

Le système de l'anti-système

Journal de France 2 ce samedi soir. Un petit sujet sur les "anti-système". Pourquoi pas. Suit une collection de citations au montage ultra-court. Si court qu'on ne peut savoir quels sont ces fameux systèmes. Un bel exemple de journalisme aux idées aussi courtes que ce montage, qui fait dans l'amalgame et la sensation facile. L'angle : ils sont tous "anti-système". 

Pourtant, de quel système parle-t-on ? Melenchon est opposé au système capitaliste. C'est pas nouveau, c'est vague et ça ne mange pas de pain. Au pouvoir il devrait bien faire avec. Mitterrand a mis deux ans à le comprendre en 1981. A l'opposé, Marine se dit aussi "anti-système". Pour elle, c'est l'establishment, l'UMPS ou plutôt ceux qui ont gouverné et sont donc responsables de tout ce qui ne fonctionne pas. C'est le privilège de l'outsider, au sens littéral. Pour le reste, l'organisation de son parti, son implantation en fait une force politique totalement dans le système. Macron est dénoncé comme hypocrite parce qu'il se dit aussi "anti-système" alors qu'il sort de l'ENA de la banque. Pourtant, il se distingue avant tout parce qu'il est en train de construire son parcours hors du système des partis traditionnels, ce qui est exact. Et il construit un mouvement d'un genre nouveau, largement fondé sur internet et les réseaux sociaux. 

Hamon, lui, représente officiellement le parti socialiste qu'il a passé les deux dernières années à combattre de  l'intérieur. Est-ce donc cela être anti-système ? Ou plutôt la méthode Fillon, issu également d'une primaire organisée par un parti. Mais lui se dit anti-système "judiciaire". Tiens-donc. Quelle est donc cette manie de se prononcer contre un système dès qu'il nous dérange ? Trump est assez logiquement anti-système médiatique. 

Et soudain une angoisse : suis-je aussi anti-système. Probablement, mais lequel ? Les idéologies figées ou la simplification abusive ? Ouf, je suis donc normal.