Extension de Cornavin : l'équation mal posée

A l'heure où se prépare le lancement du Léman Express, le Conseiller d'Etat Dal Busco et son équipe d'ingénieurs se félicitent à juste titre de ce remarquable ouvrage et du rabattage prometteur des lignes TPG vers ses gares. Sous cette légitime satisfaction, se cache la préparation d'un spectaculaire gâchis, on s'en rendra compte d'ici 2024. L'Etat, sous la pression des CFF et de la Confédération essaie de nous faire croire que l'extension de la gare Cornavin, qui paralysera la rive droite pendant deux fois six longues années dès 2024, répond à l'augmentation du trafic causé par le Léman Express. C'est totalement faux. La surcharge à Cornavin est presque exclusivement à une raison : le cul-de-sac de la gare de l'aéroport qui nous renvoie tous les trains pour un deuxième passage à Cornavin avant de repartir vers Lausanne.

Ca l'est d'autant plus que les destinations nouvelles du Léman Express, par exemple tout le réseau français, Chêne-Bourg, Champel, Bachet, Pont-Rouge ne seront PAS connectées directement à l'aéroport. On forcera même de très nombreux voyageurs a changer de train à Cornavin, alors qu'ils sont encombrés de bagages. Les CFF et les administrations se réfugient derrière les "besoins des clients" pour refuser la solution alternative que je propose, avec d'autres, du bouclement de la boucle de l'aéroport mais ils ferment les yeux sur une "rupture de charge" qui serait, partout ailleurs, déclaré inconvénient majeur par les génies de l'Office fédéral des Transports. Cherchez l'erreur. 

Sachez que le projet de l'Etat, c'est 2,7 milliards pour 12 ans de travaux à Cornavin, puis à l'horizon 2035-2041, deux autres milliards pour une ligne totalement nouvelle de Cornavin à l'aéroport et la construction d'une nouvelle gare SOUS celle de l'aéroport, sans connexion des trains... Je soupçonne les administrations de calculer à court terme : aucun d'entre eux ne seront encore en poste quand le gâchis deviendra vraiment évident pour tous. D'ici une dizaine d'années. 

Je reviendrai ces prochains jours sur plusieurs autre aspects : l'accumulation de travaux près de Cornavin, le financement par Berne, l'impact écologique de ces travaux, la manière dont se sont déroulés les débats parlementaires genevois en 2016, etc.  

 

Commentaires

  • On se réjouit de découvrir les dessous de cette cata programmée. J'évoque sur mon blog Hey taxi ! les conséquences sur le trafic individuel motorisé de la fermeture de la place Cornavin et de la rue de Lausanne. Notamment la barre de ferrailles ambulantes permanente qui nous coupera du lac durant des décennies. Merci qui ? Les Verts qui nous offrent l'enfer en s'arc-boutant sur leur idéologie anti-bagnole. L'imposture va devenir criante.

  • Tout éclaircissement de ce "gâchis" sera le bienvenu, même s'il risque d'ajouter à la défiance que la population a déjà développée envers ce que nous appelons les "décideurs".

  • Et la lisaison par la France direction Divonne-Nyon ?

  • Merci M. Wavre.

    J'espère que vos confrères du PLR et l'Entente vous soutiendront et que vous arriverez à faire bouger les fronts. C'est maintenant ou jamais !

    Mais j'ai la désagréable impression que la messe est dite.

  • Qu'en termes clairs ces choses-là sont dites... Le Cartésianisme défendrait la "boucle ferroviaire" sans hésiter: c'est une très simple affaire de bon sens. L'aveuglement de la majorité de la classe politique concernée nous amènera invariablement dans un cul-de-sac (intellectuel, urbanistique, financier et ferroviaire).
    "Cogito ergo sum" devrait être la devise des défenseurs de la boucle!

  • Je crois que Monsieur Weibel l'avait déjà publié une fois, mais impossible de remettre la main dessus sur son blog. Celui-ci avait en effet publié la liste des élus abondant dans son sens. Si quelqu'un a un lien ?

  • Laurent, vous parlez certainement des députés qui ont signé le PL 12525.
    http://ge.ch/grandconseil/data/texte/PL12525.pdf

  • Merci Monsieur Rolin Wavre pour votre rappel détaillé des nombreux inconvénients du projet officiel.
    J'ai aussi lu l'entretien de Monsieur Dal Busco avec le collaborateur de la Tribune de Genève. Notre Conseiller d'Etat ne m'a pas vraiment impressionné.
    Après lecture j'ai fermé les yeux un instant. Plutôt qu'Alfred Escher et Louis Favre, ce sont Bouvard et Pécuchet qui me sont apparus.
    Consternant. "Nous démonterons cette lubie le moment venu". Quel paternalisme!

  • Bravo M. Wavre et bravo M Weibel.
    Il faut se battre jusqu’à ce que les CFF et nos gouvernants réalisent leur stupidité. Bon courage et merci

  • Merci Pierre pour le lien et le numéro de PL.

Les commentaires sont fermés.