RTS et CFF : donnent trop d'importance à leurs intérêts immobiliers

La RTS va faire des efforts de rationalisation, c'est bien, c'est même une partie de ce qui lui est demandé. Une information de qualité mais aussi une saine gestion des deniers publics. Il ne faut cependant pas mettre la charrue avant les boeufs : la RTS doit faire de l'information, elle n'est pas une entreprise immobilière. De même, j'ai quelques raisons de croire que dans l'affaire de l'extension de la gare Cornavin, les CFF, autre fleuron du service public, tendent à accorder une importance exagérée à ses intérêts immobiliers et beaucoup moins au transports régulier et ponctuel des voyageurs. Du Léman Express vers l'aéroport notamment. 

Il se passe énormément de choses dans la Genève nationale et internationale, où agissent et transitent un grand nombre de Grands ce se monde. Dépouiller cette ville et ce canton de leur interface télévisuelle serait un contre-sens historique. Dans le cadre de ses réformes, la RTS doit offrir une solution qui ne coupe pas la branche internationale sur laquelle le canton et la Suisse sont assis. Personne ne peut imaginer que tous ceux que Darius Rochebin a reçus sur son plateau du TJ ou dans ses fauteuils rouge se serait déplacé à Ecublens, quel que soit le prestige de l'EPFL... 

C'est signe de responsabilité et non d'arrogance que de réclamer que la RTS fasse son travail pour Genève dans le domaine de l'information. De même, exiger des CFF et de l'Office fédéral des Transports qu'ils ne dépensent pas 5 milliards pour une solution ferroviaire inutile alors qu'une autre "ferait le job" pour un gros milliard, ne devrait pas paraître abusif. 

 

 

Commentaires

  • Depuis la chute du mur, Genève a perdu de son importance. La neutralité suisse était indispensable, plus maintenant.
    Maintenant, ce sont les technologies qui dessinent le futur.

    Il n'y a rien d'aberrant donc à venir à l'EPFL, au contraire.

    La Genève internationale n'est plus ce qu'elle était, elle ne doit plus se contenter de son passé.

  • Le truc Motus c'est que le désamiantage de la Tour aurait pu couter 10 mio seulement, mais qu'ils ont rajoutés 50 mio pour tout rénover, et droit derrière 100 mio pour se déplacer à Lausanne ? Genève un canton bien géré, bravo.

  • Bon angle d'approche pour enfoncer le clou.
    Mais il en faudra plus pour réveiller tout ce beau monde qui n'a surtout pas envie de remettre en question le programme du noeud ferroviaire de Genève.
    Il faudrait trouver une ou deux voix qui portent, des matadors de la politique qui acceptent de booster votre salutaire entreprise de crédit pour l'étude de la boucle. J'imagine Cramer et Couchepin en conférence de presse et tout le reste suit tout seul, comme s'il n'était jamais rien arrivé.
    Et je ne suis pas complètement cynique lorsque je suggère que c'est aussi ça la beauté de la politique.

Les commentaires sont fermés.