14/05/2017

Apprendre de ses erreurs

L'incroyable aventure de l'accession de Emmanuel Macron à la présidence française nous démontre une chose, qu'on l'aime ou non : il apprend très vite et ne fait jamais deux fois la même erreur. C'est certainement une caractéristique tirée du monde des jeunes entreprises, des startup et de la modernité en général. On a le droit de se tromper car l'erreur ou l'échec est obligatoirement liée à l'audace et à l'exploration. Notre capacité à en tirer le meilleur est déterminante. Dans toutes les circonstances. Exemple : le soir du premier tour, le candidat Macron oublie s'adresse à quelques milliers de ses supporters et leur tient un discours assez personnel et politiquement assez léger. Il a just oublié qu'il y a aussi 15 millions de Français devant leur écran. Ils attendent plus que des bras levés et des bisous à Brigitte. Ils ont raison. Le candidat s'est trompé de discours parce qu'il a mal évalué son audience. C'est corrigé à l'issue du second tour où il pousse loin la gravité de l'instant devant la Pyramide du Louvre. 

Cette capacité à apprendre vite devrait être utile au nouveau Président et à la France, pour autant qu'il parvienne à la transmettre à ses équipes et à son gouvernement. Qu'ils ne cèdent pas à une certaine ivresse que peut donner le succès électoral. Le défi du bon candidat consiste à se transformer en bon gouvernant, deux rôles qui ne sont pas toujours compatibles

02/05/2017

Météo Marine ? La tempête menace

Marine Le Pen a tellement bien réussi sa dédiabolisation qu'elle est prête à dire tout et n'importe quoi pour récupérer les mécontents. Abandonner l'Euro ? ce n'est plus si indispensable. Sortir de l'UE ? Ca prendra du temps. Brader le poste de Premier ministre pour une fraction de 5% ? Bingo. Promesse "hollandienne" faite aux pauvres salariés de Whirlpool alors qu'elle sait bien qu'un président de la République ne peut strictement rien faire, sauf à nationaliser l'usine en question et devenir producteur de sèche-linge lui-même...

De l'autre côté, Emmanuel Macron a bien un programme. Seuls les malveillants, les illettrés et les paresseux peuvent croire ou affirmer le contraire. Il n'y a qu'à aller voir sur le site de EM. Pas mal d'idées originales et une approche assez fraîche de la politique. Celui qu'on en veut voir qu'en banquier (comme si travailler dans une banque était illégal ou malhonnête), ou en intellectuel doué et pressé (ce qu'il est effectivement) est en plein apprentissage. Son discours du 23 avril était une catastrophe : il s'adressait à son équipe de campagne et a oublié que 15 millions de Français observaient leur possible futur Président. Tragique méprise. Gageons qu'il aura appris de cette erreur. 

Une dernière observation : même si on admet que Marine a personnellement des intentions démocratiques (je suis convaincu qu'elle est beaucoup plus proche du vieux FN qu'on ne le pense, son dernier "dérapage" le confirme), nombreux seront ceux qui, dans le parti, se sentiront légitimé à se laisser aller à leurs pires instincts si elle est élue à la présidence. C'est là que se situe le plus grand danger. Les vannes ouvertes. 

25/04/2017

Clip SUVA : indigne et inutile

En produisant un clip qui désigne le cycliste comme un cinglé qui roule comme un dingue, se prend une voiture en pleine figure et meurt (c'est bien fait, il n'y que ce qu'il mérite), la SUVA croit faire oeuvre de prévention. Elle se trompe. Elle aura juste contribué à renforcer l'hostilité contre les cyclistes et à les confiner dans un rôle d'accusé alors qu'ils sont les principales victimes des accidents de la route, avec les deux-roues motorisés.

Les statistiques utilisées par la SUVA sur la responsabilité dans les accidents sont faussées par le fait qu'on y inclut les accidents lors desquels les cyclistes tombent tout seuls et sont bien entendu les principaux responsables et victimes de la dite chute. Quand on ne retient que les accidents qui mettent plusieurs acteurs de la mobilité, la part de responsabilité des cyclistes tombe à 28% ! C'est l'Office fédéral des routes qui le dit dans son Analyse des accidents de vélo survenus entre 2005 et 2014 (*). On est très loin du cycliste irresponsable. Cela dit, il y en a qui se comportent mal, envers les piétons notamment. Ce n'est pas acceptable. Pour notre plus grand malheur, ils sont très visibles...

(*) https://www.astra.admin.ch/astra/fr/home/documentation/donnees-des-accidents-de-la-suisse/publications.html

 

23/04/2017

Service public et innovation

La pression sur les budgets publics devrait nous obliger à être créatifs. Il faut sortir du débat fermé entre baisse des prestations et hausse de la fiscalité. Je suis certain qu'il existe des pistes alternatives. Un exemple intéressant nous est donnée par Avenir suisse dans un document sur les Services publics innovants*.

"Parce que les 60 habitants de Meientals (dans le canton d'Uri) sont coupés du monde extérieur par des avalanches une semaine par année, un tunnel à 15 millions de francs devrait être construit. Comme cela engendrait des coûts disproportionnés, la décision a été prise de mettre en place des navettes-hélicoptères. De nombreuses personnes ont droit à cette forme particulière de service public en cas d’avalanche, tels que les pendulaires pour raisons professionnelles, le médecin de famille, la sage-femme et, dans les cas urgents, le vétérinaire et l’inséminateur !"

De même, le maintien à tout prix de tous les offices portaux n'est pas une solution viable à long terme au vu de l'évolution du mode de vie. Je pense que l'offre combinée commerce local-service postal est une solution intéressante pour tous. Mais les expériences faites, par exemple dans ma commune de Chambésy ne semblent pas tout à fait convaincantes, tant pour les commerçants que pour les clients de la poste. Il y a certainement place pour une amélioration de cette articulation, sur le plan financier et de la formation, voire de la communication. En évitant les positions doctrinaires ou idéologiques, dans un sens comme dans l'autre. 

*http://www.avenir-suisse.ch/fr/65332/un-service-public-innovant/

17/04/2017

Victoires du nationalisme et de la bêtise ?

Victoire politique du nationalisme et du chauvinisme en Turquie mais aussi en Hongrie, "victoire" des hooligans aux stades de Lyon et Bastia. On peut malheureusement faire un rapprochement entre ces événements. Je pense même qu'on le doit. Quand les sentiments nationaux ou tribaux de certains, voire d'un grand nombre, se tournent contre les autres au lieu de soutenir un idéal, que l'on veut casser plutôt que créer, c'est qu'il y a quelque chose de pourri dans ce monde. En France, les analystes envisagent maintenant un duel Melenchon - Le Pen au deuxième tour. Deux candidats qui s'identifient avant tout par leur agressivité et leur volonté de rupture notamment avec les institutions européennes qui nous ont permis de vivre en paix depuis 70 ans. Plus que de l'anti-système, ils veulent nous en imposer d'autres qui n'a pas franchement fait leurs preuves. Ou par la négative avec l'autoritarisme marron ou les dérives chavistes qui ont fait du plus riche pays d'Amérique latine le désastre total que n'on connait. 

Il y a heureusement d'autres éléments plus positifs. L'attitude des supporters de Monaco et Dortmund, après l'attaque portée contre le bus, blindé, ai-je appris avec stupéfaction, des joueurs de l'équipe allemande. Les Monégasques ont spontanément scandé le nom de l'équipe allemande dont les supporters ont hébergé de nombreux supporters des visiteurs. 

Je crains que le nationalisme et le chauvinisme ne nous conduisent à l'abîme. C'est tout le contraire du patriotisme et de attachement à une équipe, un sport ou une région. Détruire ou construire, that's the question.

06/04/2017

Nouvelle dérive de Trump l'incohérent

Dernier délire de Trump et sa bande d'allumés : faire cracher à tous les visiteurs étrangers le contenu de leur portable, les codes d'accès de leurs comptes Facebook, Google et autres réseaux sociaux. Cette fois c'est clair : je ne mettrai plus les pieds dans ce pays gouverné par un dingue, démocratiquement élu, c'est vrai. 

Quand on pense que ce président qui veut imposer la transparence totale aux étrangers entretient la plus grande opacité sur son propre business, patauge jusqu'à la taille dans les conflits d'intérêts et refuse de rendre publique sa déclaration fiscale. Comme incohérence, on peut difficilement faire mieux.

Quand les Américains se réveilleront-ils ? Ou plutôt la majorité encore silencieuse. Parce qu'une partie des Américains est déjà entrée en résistance. Le tirage des journaux d'investigation est en hausse, les manifestations continuent. Tout espoir n'est pas perdu que l'ancien Pays de la Liberté évite le virage dans l'obscurité. 

23/03/2017

La classe ces Anglais !

Après l'attentat de Westminster, les Anglais ont été remarquables. Politiques, médias, commentateurs : solidarité et détermination absolue. Comme pendant les années du Blitz quand Hitler leur balançait ses V2 sur la tête chaque nuit. La classe. Chapeau MM. les Anglais. Avec des réactions de ce calibre, les terroristes n'ont strictement aucune chance de gagner parce qu'ils n'ont aucune cause, si ce n'est le martyre. En fait, un suicide d'un égoïsme abyssal. 

En France, on aurait commencé à polémiquer et s'accuser d'avoir mal protégé les citoyens. Exactement ce qu'ont fait une partie des candidats à la présidence et surtout leurs partisans après l'attentat dans une école à Grasse. 

Et cette polémique stupide sur l'état d'urgence. Je suis personnellement convaincu qu'il aurait fallu le lever il y a bien longtemps, quitte à le ré-instaurer si nécessaire. Maintenir les forces en alerte maximale pendant des mois, voire des années, c'est totalement absurde pour plusieurs raisons sur lesquelles je reviendrai demain. Mais avant tout, des forces en alerte permanente atteignent rapidement un état de fatigue qui les rend inefficaces. 

19/03/2017

Le système de l'anti-système

Journal de France 2 ce samedi soir. Un petit sujet sur les "anti-système". Pourquoi pas. Suit une collection de citations au montage ultra-court. Si court qu'on ne peut savoir quels sont ces fameux systèmes. Un bel exemple de journalisme aux idées aussi courtes que ce montage, qui fait dans l'amalgame et la sensation facile. L'angle : ils sont tous "anti-système". 

Pourtant, de quel système parle-t-on ? Melenchon est opposé au système capitaliste. C'est pas nouveau, c'est vague et ça ne mange pas de pain. Au pouvoir il devrait bien faire avec. Mitterrand a mis deux ans à le comprendre en 1981. A l'opposé, Marine se dit aussi "anti-système". Pour elle, c'est l'establishment, l'UMPS ou plutôt ceux qui ont gouverné et sont donc responsables de tout ce qui ne fonctionne pas. C'est le privilège de l'outsider, au sens littéral. Pour le reste, l'organisation de son parti, son implantation en fait une force politique totalement dans le système. Macron est dénoncé comme hypocrite parce qu'il se dit aussi "anti-système" alors qu'il sort de l'ENA de la banque. Pourtant, il se distingue avant tout parce qu'il est en train de construire son parcours hors du système des partis traditionnels, ce qui est exact. Et il construit un mouvement d'un genre nouveau, largement fondé sur internet et les réseaux sociaux. 

Hamon, lui, représente officiellement le parti socialiste qu'il a passé les deux dernières années à combattre de  l'intérieur. Est-ce donc cela être anti-système ? Ou plutôt la méthode Fillon, issu également d'une primaire organisée par un parti. Mais lui se dit anti-système "judiciaire". Tiens-donc. Quelle est donc cette manie de se prononcer contre un système dès qu'il nous dérange ? Trump est assez logiquement anti-système médiatique. 

Et soudain une angoisse : suis-je aussi anti-système. Probablement, mais lequel ? Les idéologies figées ou la simplification abusive ? Ouf, je suis donc normal. 

10/03/2017

Salon de beautés

63D8893AFD845FC345D88907BA338BC2.jpg

Chaque année, j'éprouve un sentiment de malaise en voyant les photos du Salon de l'auto. Pratiquement pas une voiture sans une jeune femme aguichante à côté, dans un rôle de pure présence. On a pas vraiment l'impression qu'elles sont là pour expliquer le fonctionnement des véhicules. 

Bien sûr, ces jeunes filles, souvent étudiantes, sont plutôt bien rétribuées pour cette activité. Une bonne chose pour elles. Ce qui interpelle plutôt, c'est ce que cela dit des visiteurs, acheteurs potentiels. La décision d'acheter un véhicule dépend-elle de la présence de charmantes hôtesses. Alors, finalement, une question : au Salon de la femme, pourquoi toutes ces voitures ?

02/03/2017

Nucléaire militaire : la tête ou les hormones ?

Il est de bon ton de se moquer de la diplomatie multilatérale, qui, entend-on souvent, "n'arrive à rien". Dans le domaine nucléaire, c'est tout le contraire. Depuis les sommets de tension atteints dans les années 60' au cours des crises de Cuba, on a fait bien des progrès, grâce à des hommes intelligents, courageux et réfléchis, comme le rappelle utilement Le Temps dans un article du 27 février 2017. Il arrive que les résultats les plus positifs soient totalement invisibles, en tout cas pour l'observateur non averti. Le citoyen devrait simplement constater que depuis 1945, une dizaine de puissances ont les moyens techniques de déclencher une guerre nucléaire mais qu'aucune ne s'est aventurée sur cette voie. Les efforts de la diplomatie multilatérale n'y sont pas pour rien. Parmi d'autres, le traité START de réduction des armes stratégiques a permis de diminuer le nombre de têtes nucléaires et de missiles chez les deux principales puissances. 

Les menaces du président Trump contre la diplomatie et sa pratique du tweet incendiaire matinal sont inquiétantes. Laisser à un seul homme, impulsif et peu au fait des mécanismes internationaux existants, le pouvoir sur le Bouton rouge est lourd de menace, d'autant plus quand on réalise que le peu nuancé conseiller-gourou Bannon a été promu au Conseil National de Sécurité en même temps que des militaires en étaient exclus. Ce n'est pas non plus un hasard si une brochette de généraux US ont récemment prié le président Trump de ne pas couper les crédits à la diplomatie américaine. Ils savent, eux, par métier, que la guerre n'est pas une plaisanterie. Le monde à l'envers ? A mon avis, pas tant que ça, si fait fonctionner sa tête (non-nucléaire) au lieu de ses seules hormones.