Et pourtant, elle tourne ! - Page 7

  • La pollution en Chine : fallait-il en arriver là ?

     

    images.jpgA Pekin, le jour de l'ouverture de la COP21, on mesurait 621 particules par m3 (ppm), selon l'ambassade des Etats-Unis. Même pour les autorités, il devient impossible de nier la taille du problème. Les images largement diffusées font peur, des centaines de milliers de Chinois perdent la vie chaque année, littéralement étouffés pas cette horreur respiratoire. Transports, centrales thermiques à charbon, usines situées en pleine ville... cette concentration d'humains et de sources de pollution, combinés à une absence de vent fréquente sera peut-être le signal que la Chine ne peut pas continuer sur cette voie. 

    Pour un Etat qui n'a pas l'habitude d'écouter sa population, où les responsables politiques locaux doivent beaucoup au clientélisme et à la corruption, il fallait dépasser d'un facteur 25 les normes de l'OMS (25 ppm) et d'un facteur 8 les normes locales trois fois plus élevées. Les autorités sont conscientes que la pollution est le seul sujet qui peut vraiment mettre les citoyens chinois dans la rue, encore qu'avec cette atmosphère, descendre dans la rue est déjà un défi quotidien que les habitants n'ont pas vraiment le choix de ne pas faire. Vous imaginez-vous vraiment vivre dans cette purée de pois, sachant qu'il ne s'agit pas de gouttelettes d'eau mais de particules de charbon... ?

    images-2.jpg

    Un bon signe pour la COP21 et tout ce qui va suivre : la pollution est vraiment descendue dans la réalité des citoyens. En Suisse, c'est plutôt le recul et à long terme la menace de disparition de nos chers glaciers qui frappe les esprits et illustre la nécessité d'agir avant qu'il ne soit trop tard. La Chine s'intéresse depuis plusieurs années au marché des crédits carbone et pourrait se lancer. Aux Etat-Unis, la Californie joue un rôle pilote et le président Obama s'engage face à des Républicains grands apôtres du climatoscepticisme le plus cynique. 

  • Halte aux politiques pyromanes !

    En Allemagne, les allumés de Pegida s'en prennent à des réfugiés et poignardent Henriette Reker, qui a ensuite été élue maire de Cologne au premier tour. En Israel, un Erythréen de Beersheba est lynché par la foule qui l'a pris pour un assaillant lors d'un attentat. On voit que c'est aussi de l'intérieur de nos sociétés que vient le danger quand on excite la population avec des fantasmes d'invasion et des images  manipulées avec talent. On a vu comment le JT de la télévision hongroise avait reçu la consigne d'éviter toute image touchante qui pourrait susciter la sympathie et pour cela d'éviter de montrer des enfants réfugiés au public. 

    Il faut donc faire très attention de ne pas se laisser manipuler par les responsables des partis extrémistes qui ne gagnent que par la peur. Le même raisonnement vaut à Genève où les dirigeants populistes créent eux-même les problèmes pour prétendre ensuite les résoudre. Minarets, invasion étrangère, etc. Ceux qui se plaignent du trafic pendulaire se sont opposé à un financement intelligent de parkings d'échange en France pour des raisons idéologiques. Nous ne pouvons pas nous permettre de mettre nous même le feu pour venir ensuite jouer les pompiers de service. Ca devrait finir par se voir.

  • Politique et navigation (2ème partie)

    Engagement et compétition

    Qu’est-ce qui motive Dominique ? Etre le meilleur, admet-il avec sincérité. Il y a un peu d’égo là-dedans mais ce n’est pas négatif, pour autant que le fairplay soit la règle. Dans une campagne politique, l’objectif est bien d’être élu, donc de passer devant les autres. C’est un passage nécessaire pour avoir la possibilité d’agir. Mais là aussi, Rolin précise qu’il n’a pas  d’ennemis en politique, seulement des adversaires. Il s’interdit toute attaque personnelle ou violente de sorte que Pascal Décaillet l’appelle « le gentleman de la politique ». L’esprit de compétition peut aussi se manifester par la volonté de se dépasser. Quand le navigateur cherche à faire marcher plus vite son bateau, le citoyen marie les défis politiques avec des défis sportifs, tels que la Patrouille des Glaciers.

    Perception de la Suisse à l’étranger

    Les deux cousins ont passé presque la moitié de leur vie professionnelle à l’étranger. L’humanitaire a pu constater le prestige dont jouissait la qualité suisse et la flatteuse réputation de sérieux de nos concitoyens et de nos organisations. Lors du grounding de Swissair en 2002, les ministres rwandais avec lesquels il s’entretenait étaient abasourdis de ce qui était en train de se passer. Plus que les Helvètes, semble-t-il. Et dans les ports, comment voit-on la Suisse ? Pour le marin, la perception est excellente en Amérique du Sud et en Océanie. Par contre, notre pays dont le pavillon a toujours flotté sur ses bateaux, officiellement immatriculés à Bâle, est largement inconnu aux Etats-Unis et souvent confondu avec la Suède. En France où il réside une bonne partie de l’année, la Suisse est plutôt mal comprise. Il ose une explication : la France ne connait que la démocratie élective, n’a aucune idée ni pratique de la démocratie directe, ses gouvernements  craignent les référendums et, de manière générale, l’expression de l’opinion publique. Ainsi, depuis le 9 février 2014, notre pays est une « épine dans le pied » des autorités françaises qui savent qu’en cas de vote, sa population aurait voté dans le sens de la fermeture, encore plus nettement que la Suisse.

    En effet, souligne Rolin, qui est également enseignant, des notions telles que la démocratie directe, la collégialité, ou le système de milice sont largement incompris. Mais les Suisses ont en commun une certaine fierté pour la manière dont ils sont parvenus à préserver leur environnement et leur organisation propre.

    Les deux conviennent qu’ils se sentent définitivement comme des citoyens de la Vieille Europe, dont les composantes semblent si différentes vues depuis l’intérieur mais très semblables aux yeux des Kiwis ou Argentins.

    Tous les deux conviennent que leur ADN n’incluait pas de chercher à être connu du public, mais c’est à la fois indispensable au navigateur pour décrocher des sponsors et au responsable politique pour être élu et pouvoir agir. Dominique conclut : «Je sais que tu ne peux pas communiquer sur quelque chose à laquelle tu ne crois pas. C’est pour ça que je suis là avec toi“.

    Propos recueillis par Pascale Berry

  • Navigation et politique – regards croisés de Dominique et Rolin Wavre

    DSC_0037 serré.jpgVenus d’horizons professionnels très différents, deux cousins jettent un regard sur leurs projets et leur vision de la politique suisse. Ils sont réunis au bord du Léman à l’occasion d’un passage du navigateur à Genève. Egalité des chances, environnement, engagement et vision de la Suisse depuis l’étranger. 

    Dominique Wavre est l’un des plus fameux navigateurs suisses, déjà élève de Pierre Fehlmann sur Disque d’Or. C’est en 1999 que les deux cousins se retrouvent autour d’une table au Molard. Dominique esquisse son nouveau bateau sur la nappe en papier. Il est superbe mais encore en projet. Il doit exister, il existera. Quelques mois plus tard, il est mis à l’eau, sous le nom d’UBP. D’autres bêtes de courses se nommeront plus tard Temenos ou Mirabaud. Il prévoit de continuer à naviguer. Il se rendra avec Michèle Paret, son amie et coéquipière de longue date, dans des lieux préservés, avec pour but de partager les beautés du monde. Une forme d’écologie « positive » et populaire. Dominique est bien un vulgarisateur-né. Rolin Wavre, son cousin et cadet de quelques années a passé 18 années en mission avec le CICR. Entré en politique en 2007, il est en lice pour le Conseil national. Deux parcours pas si différents que cela. "C'est pour cela que je suis là pour toi" conclura Dominique.

     

    Environnement : constat et action

    En 30 ans de navigation, la dégradation des océans, des rivages et des ports est dramatique, constate Dominique. Les mers sont devenues de vastes poubelles. On fait comme si elles étaient une matrice qui pouvait tout digérer. Cela touche aussi l’Europe. Même le continent Antarctique est soumis à une nouvelle pression parce qu’il recèle des ressources naturelles convoitées par plusieurs Etats et compagnies privées. L’ouverture du Passage du Nord-Ouest au nord du Canada, puis celui du Nord-Est par le nord de la Russie peuvent être une bonne chose car ils réduisent les trajets, et donc la pollution, mais ils font planer des menaces nouvelles sur des régions encore presque intactes. Le navigateur a pu le constater : dans la Manche,  des cargos de plus en plus grands se succèdent sur les autoroutes que sont devenues les rails maritimes, comme les voitures sur l’autoroute Genève-Lausanne.

    C’est là que la politique doit intervenir : incitation ou obligation ? Il n’est pas simple de trancher entre les deux approches. En Suisse, l’incitation fonctionne plutôt bien dans le domaine des déchets, on atteint un niveau de tri assez élevé à Genève, au point que notre centrale d’incinération semble surdimensionnée, un comble. Les mesures plus « mordantes » posent d’autres problèmes. La taxe au sac pousse certains à jeter leurs ordures dans la nature ou à les amener sur leur lieu de travail…  Rien de tel sur un bateau de course. Et le navigateur, que fait-il de ses déchets ? La tentation de tout passer par dessus bord ?

    Certainement pas, rétorque Dominique, qui met un point d’honneur à tout ramener à l’arrivée, ce qui veut dire au départ, dans le cas d’un tour du monde…  Le bateau, lui, consomme très peu en course. Eolienne et panneaux solaires permettent de se limiter à 20 litres de carburant pour 35'000 km. Par contre, les gros moteurs diesel des cargos ne font pas (encore) dans la sobriété.

    Sobriété et principe de précaution

    Pour Rolin la sobriété c’est d’aller droit au but, diminuer le poids des contraintes et formalités administratives, en particulier pour les entreprises. Mais aussi parler vrai.

    D’accord avec cela, Dominique observe qu’en France, l’entrepreneur n’ose plus entreprendre. L’Etat est tellement intervenu dans tous les domaines, « judiciarise » tout qu’il provoque la paralysie. Basé à Nice avec sa compagne la navigatrice Michèle Paret, il constate qu’on a dévoyé le principe de précaution. De par ses fonctions de président de la section genevoise de la Fédération romande des Consommateurs (FRC), Rolin est lui plutôt en faveur d’appliquer ce principe à la consommation des ménages. Il est hors de question de mettre sur le marché des substances ou promouvoir des énergies pour lesquelles il y aurait un doute sérieux sur la dangerosité. Y aurait-il une divergence de fond entre les deux ? En fait, cela dépend de la définition du principe de précaution.

    Pour Dominique qui n’a cessé d’innover et de prendre des risques technologiques sur les bêtes de course qu’il a conçues et menées, il est essentiel que l’on puisse laisser la porte ouverte à l’innovation et à la prise de risque. La grande différence semble être là : le navigateur, en particulier s’il est seul à bord, ne fait courir des risques qu’à lui-même, à ses sponsors et éventuellement aux sauveteurs qui viendrait lui porter secours. Le responsable politique, lui, doit contribuer à établir des règles et prendre des décisions qui portent sur l’ensemble ou une partie de la population, bien au-delà de lui. Dominique conclut : « quelle arrogance il y a parfois à bloquer l’innovation, par définition un saut dans l’inconnu ! et alors qu’une partie des solutions recherchées par l’écologie proviendra forcément de progrès technologiques».

    Egalité des chances

    La voile est un sport technologique, surtout au niveau du Vendée Globe que Dominique a couru à 4 reprises. Si les moyens ne sont pas les mêmes pour tous, c’est aussi une compétition humaine. Aux JO, où tous les bateaux sont identiques, l’égalité est assurée. Là, c’est l'homme qui fait la différence. Aux yeux du politique, l’égalité des chances ne signifie pas le nivellement des niveaux et le renoncement à l’effort, mais chacun doit avoir des chances aussi égales que possible sur la ligne de départ de la vie.

    Dominique questionne : en politique, les coups semblent venir de partout, comment fait-on pour les voir venir ? Pour le responsable politique, il existe aussi une météo : dans un exécutif, c’est la tempête en permanence, il faut être sur le pont. La tempête autour de la question européenne était annoncée depuis longtemps. On se donne des fronts à franchir, ses coups de vent à négocier, comme sur un bateau. En Suisse, la météo est faite aussi de référendums et d’initiatives qui donnent un grand rôle au peuple. Mais le pouvoir est morcelé, de sorte que notre gouvernement fonctionne bien par temps calme mais supporte mal les crises, comme ce fut le cas avec l’affaire Kadhafi. Le marin aussi doit savoir anticiper et parfois être patient, quand il subit les affres du Pot-au-noir, la zone de calmes intertropicaux. Mais il y a toujours à faire sur un bateau, en particulier aux commandes d’une bête de course qu’est un 60 pieds open. 

    (suite demain)

     

     

     

  • Secret médical : aménager sans toucher au principe

    Comme tous les principes qui fondent notre société libérale, il n'est pas sain de paraitre démanteler le secret médical. Le rapport de confiance entre médecin et patient est intimement lié à la fonction de soigner. En milieu carcéral autant qu'ailleurs. Pourtant, la société doit aussi chercher à protéger ses membres, comme les tragiques affaires récentes nous l'ont encore une fois démontré. Pourtant, il ne semble pas qu'elles aient été à un secret médical trop bien protégé mais plutôt à une structure comme la Pâquerette partie en roue libre depuis des années et des responsabilités décisionnelles mal définies. 

    Je pense également qu'il n'est pas dans l'intérêt bien compris des médecins d'être laissés totalement seuls pour décider de ce qui doit être transmis aux organes de sécurité en dépit du secret médical. C'est les charger ou leur permettre de se charger d'une bien lourde tâche. L'intervention d'une "commission du secret" composée d'éthiciens et de médecins semble donc un organe tout à fait à même de prendre une décision sur la transmission ou non d'informations, sans que l'appareil sécuritaire ne puisse l'exiger sur sa seule appréciation du cas en question. Les médecins sont des gens responsables qui prennent chaque jour des décisions qui nous touchent au plus intime. Ils devraient pouvoir le faire également quand ils exercent en détention. 

  • Cassis de Dijon, piège à ...

    Il est dommage que le Parlement fédéral n'ait pas saisi l'occasion corriger une erreur qui date de 2010 : l'application aux produits alimentaires du principe du Cassis de Dijon. Une bonne idée à l'origine qui a eu pour la Suisse et en particulier son agriculture, des effets désastreux : la règle permet l'entrée libre en Suisse de produits qui respectent des normes légales dans l'un des autres Etats de l'UE. Cela permet à des produits de bien moindre qualité d'entrer sur le marché suisse et de casser les reins de nos producteurs qui font l'effort de produire de la qualité. La Fédération romande des Consommateurs (FRC), dont je préside la section genevoise, s'est battue à Berne pour qu'on corrige cette aberration afin que les consommateurs ne soient plus trompés sur la marchandise qu'il achètent. Elle n'a malheureusement pas (encore) été suivie.

    Eliminer les entraves technique au commerce, oui, mais pas au détriment de la qualité et de notre agriculture. 

  • Fausse concurrence dans le brouillard

    L'assurance maladie n'est pas un modèle de transparence, c'est même tout le contraire. Lors de la campagne de 2014, j'ai défendu l'initiative pour une caisse publique comme co-président de la section genevoise de la Fédération romande des consommateurs (FRC). Une nette majorité des Genevois était du même avis. Ce n'est pas par passion pour une caisse étatique mais parce que je trouve le système actuel hypocrite, opaque et injuste. La concurrence ne fonctionne que pour les frais administratifs, qui sont bas, c'est bien. Pour le reste, elle conduit certaines compagnies à offrir des primes artificiellement basses parce qu'elles ont réussi à attirer des assurés plus jeunes et plus en forme (des sportifs, par exemple), au détriment des autres. L'afflux de nouveaux assurés et la nécessité de reconstituer les réserves pour ceux-ci fait automatiquement remonter les primes. Des réserves qui ne suivent d'ailleurs pas l'assuré lorsqu'il change de caisse, un autre véritable scandale. 

    Le citoyen hyper-attentif s'en tirera bien à titre individuel en changeant très souvent de caisse, ce n'est pas le cas de la majorité des citoyens qui ont, comme moi, mieux à faire de leur temps libre que de le passer à changer de caisse, une gymnastique plus agréable et plus saine quand on la pratique en forêt et non à rédiger des courriers administratifs à ses assurances maladie successives.

    Sans parler de la confusion entre l'assurance de base et les complémentaires, les primes payées en trop, remboursées partiellement et tardivement. Et en partie par la Confédération, on se demande bien pourquoi. 

     

  • Noble cause, regrettable récupération

    Essayons, pour une fois, d'envisager la question de la migration sous l'angle humain. Si nous et nos familles nous trouvions dans un pays en guerre, si plusieurs années passées sous la menace ou dans un camp de toile ne semblaient déboucher sur aucun espoir de paix et de retour, nous aussi, nous prendrions des risques pour mettre nos enfants à l'abri. De gros risques. Je parie que même les militants nationalistes partisans des frontières closes chercheraient asile. C'est pour cette raison que j'ai participé samedi 12 septembre avec quelque amis du centre-droit à un rassemblement à la Place de Neuve pour affirmer la nécessité d'être plus ouvert, de prendre notre part dans l'accueil des demandeurs d'asile venus en particulier de Syrie.

    Ceci-dit, j'ai deux regrets : le premier tient à la politisation à outrance de cette manifestation. L'extrême gauche surtout, qui a cru bon de squatter la manifestation de ses oriflammes. C'est dommage de sectariser à ce point une cause noble et légitime. Par effet d'entraînement, les partis de la gauche gouvernementale ont eux aussi déployé leurs couleurs, bien qu'à regret, selon des propos entendus sur place. 

    Ma seconde critique tient à la confusion du discours : certaines pancartes se réclamaient de la loi : "L'asile est un doit". Avec cela, je suis entièrement d'accord. J'ajoute en général que "la migration est une politique". Par contre, une autre pancarte clamait : "Personne n'est illégal", ce qui équivaut à nier le droit. On voit à quel point le discours d'une certaine gauche extrême peut être incohérent ou naïf. Pire, il fait un tort important à la cause qu'il prétend défendre. On y a aussi entendu la dénonciation de la pauvreté et des inégalités, un soutien à l'action No Bunkers. Je pense que monter en épingle un mouvement de personnages déboutés du processus d'asile ne fait vraiment pas avancer la cause des véritables réfugiés et donne des arguments à ceux qui sont prêts à soutenir qu'il faut décréter un "moratoire sur l'asile", une expression qui est une contradiction en elle même. 

     

     

     

  • Le "prix" d'un humain : décence, indécence ?

    Le transfert d'un joueur de football de 19 ans de Monaco à Manchester United pour la somme de 80 millions d'Euros fait sensation. Cette somme semble totalement hors de proportion. Elle l'est probablement. Mais elle interpelle aussi par sa complète déconnexion d'avec la réalité de la plupart des citoyens dont les salaires n'ont plus aucun rapport avec ce marché. Le paradoxe, c'est que ce sont ces mêmes citoyens-spectateurs-consommateurs qui rendent possible de tels folies parce qu'ils sont clients sur le "marché" du football. 

    Il y a bien une logique économique. Elle pouvait se comprendre dans les cas de transferts de Zidane ou Ronaldo, des joueurs presque aussi chers mais dont la réputation était faite : leur seul nom floqué sur un maillot permettait de récupérer une partie de la somme investie en quelques mois. Le reste provenait d'un surcroit d'intérêt pour l'équipe et des revenus publicitaires augmentés. Sans parler des performances sportives qui, dans ces deux cas, ont été vérifiées. 

    Dans le cas du jeune Antony Martial, c'est la seule attente de voir sa "valeur marchande" augmenter encore et la certitude que son "rendement" sportif sera déterminant qui peut justifier cet "investissement". Sachant qu'un mauvais tacle peut mettre fin à tout cela en une demi-seconde, c'est un pari. Et tant qu'il est fait avec les moyens financiers d'adultes consentants, je ne vois pas de raison d'y objecter. Par contre, le même type "d'investissement" sur de très très jeunes joueurs "exportés" et souvent largués dans la nature au premier pépin est un vrai scandale que la Fifa doit absolument combattre. 

    Sur le plan politique et social, cela nous pose malgré tout la question de la valeur de l'argent, du travail et finalement du temps. Il devient difficile d'expliquer aux jeunes que les choses se méritent, qu'il faut travailler et faire ses preuves. De même, la téléréalité permet de faire miroiter une célébrité quasiment instantanée à des jeunes qui n'ont en général encore rien fait. "Du pain et des jeux" disaient les Romains. On se consolera en pensant que le monde romain a vécu plusieurs siècles sous ce régime "déconnecté" de certaines réalités. C'est bien ce qui l'a tué, mais plus tard. Une consolation suffisante ? 

  • Waouh !

     

    agriculture, paysans, waouh, produits naturel, agriculture, proximité

    Il n'est jamais facile de promouvoir des choses évidentes. Mais là, l'Union Suisse des Paysans et ses très nombreux partenaires ont fait fort. Une campagne sympathique, pas prétentieuse mais qui passe un message positif et joyeux que nous ressentons tous. Consommer local, ça apporte quelque chose de spécial parce que ça profite aussi à l'endroit où nous vivons. Et on sait d'où viennent les produits. Double avantage. Ce qui n'exclut pas d'apprécier de temps à autre un produit qui vient de loin. L'exception exotique.

    Des fraises tous les jours en hiver, quel sens ? et quel goût ?  

    Mais surtout, nos agriculteurs ont besoin de nous, pas de notre aumône, ni vivre seulement de subventions. Ils veulent produire et vendre de beau et bon produits. Tout simplement. Alors Waouh !

    http://www.tueswaouh.ch/fr/