16/09/2016

Revenu agricole : la baisse ne peut pas continuer

Le revenu paysan baisse encore ! Selon l'Agroscope, le revenu par exploitation a connu une baisse de 6,1% en 2015. Chaque exploitation apporte en moyenne 61'400.- par année, ce qui n'est vraiment pas beaucoup quand elle doit faire vivre plusieurs personnes. 

Les causes : baisse du prix du lait (prix payé au consommateur, pas dans votre supermarché préféré), baisse du prix de la viande payé au producteur et les conditions météo. Mais pourquoi continuer à produire si on en vit à peine ? Notre agriculture ne peut, ne doit pas disparaitre. Les payements directs sont une solution partielle quand elle rémunère une véritable fonction de maintien du paysage, comme c'est le cas pour l'agriculture de montagne, où il est difficile d'être compétitif. Par contre, c'est d'une rétribution de leur travail que les agriculteurs ont besoin. Pour vivre mais aussi par dignité. D'autant plus quand ils produisent de la qualité, localement. De ce point de vue, GRTA est une action salutaire. Il faut consommer des produits issue de notre terroir et du travail de gens qui nous sont proches. Et si possible de saison...

Je suis favorable au lancements de marchés paysans qui pourraient offrir des produits locaux. Communes et associations pourraient y penser lors de réaménagements de quartiers ou de locaux municipaux. Si une option se présente dans ma commune de Chambésy, je ferai tout mon possible pour que l'on suscite la création d'un tel point de vente des produits de la ferme. 

01/09/2015

Waouh !

 

agriculture, paysans, waouh, produits naturel, agriculture, proximité

Il n'est jamais facile de promouvoir des choses évidentes. Mais là, l'Union Suisse des Paysans et ses très nombreux partenaires ont fait fort. Une campagne sympathique, pas prétentieuse mais qui passe un message positif et joyeux que nous ressentons tous. Consommer local, ça apporte quelque chose de spécial parce que ça profite aussi à l'endroit où nous vivons. Et on sait d'où viennent les produits. Double avantage. Ce qui n'exclut pas d'apprécier de temps à autre un produit qui vient de loin. L'exception exotique.

Des fraises tous les jours en hiver, quel sens ? et quel goût ?  

Mais surtout, nos agriculteurs ont besoin de nous, pas de notre aumône, ni vivre seulement de subventions. Ils veulent produire et vendre de beau et bon produits. Tout simplement. Alors Waouh !

http://www.tueswaouh.ch/fr/