11/07/2008

Le début du reflux

Comme je l’ai écrit il y a plusieurs mois déjà sur ce blog, l’UDC tel qu’on l’a connu depuis 2003 a probablement mangé une bonne partie de son pain blanc. Il y a peu de chances qu’il parvienne à nouveau à chatouiller les 30% comme il l’a fait en automne 2007. C’était le fruit d’une conjonction exceptionnelle : la surprise causée par une nouvelle forme de communication politique de masse, des moyens financiers extraordinaires, le charisme d’un leader exceptionnel dans ces circonstances mais devenu après 6 mois et plusieurs défaites un retraité aigri dépassé par une partie de ses troupes dans l’outrance et la fuite en avent.

On constate que confronté à une argumentation raisonnable et ferme, la logorrhée passéiste ne touche qu’une minorité de citoyens adeptes du repli identitaire. Joindre les deux objets européens redonné au débat sur la question son unité de matière et contraint l’UDC à prendre ses responsabilités face à aux milieux économiques. On a heureusement renoncé à offrir à ce parti l’occasion de faire croire aux citoyens que l’on pouvait accepter l’Europe mais refuser deux se ses membres.

Le citoyen se fatigue de fond comme de la forme, de l’outrance comme de la méchanceté qui caractérise le style des adorateurs de Zottel. Mais la droite décente devra poursuivre son travail pédagogique conciliant les valeurs humaines et les mesures fermes pour faire face aux problèmes réels ou perçus comme tels par la population inquiète. Même infondée, la crainte du citoyen doit être prise en compte, ne serait-ce que par une communication intelligente et ferme.