• Transparence au Palais fédéral : une occasion ratée

    Je viens de prendre connaissance du vote de hier au Conseil National (Le Temps, page 9) qui a refusé l’entrée en matière sur un projet de registre des lobbyistes (initiative parlementaire 15.438), une mesure soutenue par la faîtière des agences de relations publiques SSPA elle-même. Je pense que le message passé par nos élus fédéraux n’est pas le bon. S’opposer à ce texte, pourtant pas dictatorial, est de nature à renforcer l’idée qu’élus et lobbyistes ont quelque chose à cacher. La fronde a été menée par les agences qui ne sont... pas membres de la SSPA. 

    Les arguments avancés par certains disant que les actions d’influence se passent à l'extérieur du Palais fédéral sont même contre-productifs : en quoi cet élément de transparence à l’intérieur serait il gênant si tout se passe ailleurs ? Et si tout se passait à l’extérieur, pourquoi les lobbyistes se pressent-ils à l’interieur  ?

    Je ne nie pas le rôle nécessaire des relais de groupes d’intérêts auprès des élus. Notre système de milice le prévoit et l’accepte. Mais la politique, c’est aussi des messages et des signaux, destinés aux citoyens. Celui-ci me semble mauvais. Je note également que plusieurs élus, notamment Romands du centre droit, se sont abstenus, étaient à la buvette ou ont même voté en faveur de ce projet. C’est ce que j’aurais fait.