Extension de Cornavin : une ânerie inévitable ?

Les Commissions puis le plénum du Grand Conseil genevois se préparent à voter ce printemps une grosse ânerie à 5 milliards. Je me bats depuis bientôt 3 ans pour qu'on évite cela. Malheureusement, les conséquences de cette décision ne se manifesteront que progressivement de sorte que ceux qui sont actuellement en charge, tant à Genève qu'à Berne ou aux CFF échapperont probablement au spectacle des conséquences de leurs décisions... Par contre, remettre le train sur la bonne voie (et donc construire cette Boucle de l'Aéroport au lieu de creuser des gares inutiles en pleine ville comme le veut l'Etat) demande un travail d'explication et de lobbying maintenant... que personne ne veut faire.

Jeter une lumière crue sur ce qui se passe actuellement me vaut, comme à l'ingénieur Weibel, père spirituel de la solution alternative, une hostilité inhabituelle de la part des autorités cantonales. C'est donc que nous touchons un endroit sensible. Le conseiller d'Etat en charge ne défend jamais la solution de l'Etat, il se contente de dire que la Boucle ne fonctionne pas, lisant les notes que ses services et les CFF, qui entretiennent une cordiale relation personnelle depuis des années, lui préparent aimablement. 

Le paradoxe : l'Etat a refusé d'évaluer sérieusement le projet de Boucle. Mais il l'a écarté. Il le trouve "sous-évalué", mais ne dit pas pourquoi, ni comment, ni de combien. Par contre, l'Etat et les CFF accusent les citoyens que nous sommes, sans autres moyens que leur bonne volonté et leur temps bénévole de manquer de rigueru. Nous voulons juste que la solution alternative soit sérieusement étudiée, ce que l'Etat refuse depuis 2013 déjà, quand l'opposition de la part des habitants du quartier des Grottes s'est manifestée. C'est à ce moment qu'on aurait dû évaluer l'alternative de la Boucle. Mais rien. Ces gens dont c'est le métier et qui sont donc payés pour cela ont fermé les yeux. Les CFF voulant une grosse gare avec des surfaces commerciales. Je pense que les CFF ont perdu leur boussole de transporteurs et se croient des aménageurs urbains avant tout. 

De plus en plus, on voit les sphères économiques et fédérales exercer une pression sur les députés genevois pour qu'ils valident le projet d'extension de Cornavin. On leur dit "qu'on va perdre les sous de Berne" ou que "les train s'arrêteront à Lausanne" ou qu'il n'y aura plus de correspondances si Genève fait de la résistance. Des arguments déloyaux et factuellement faux qui sont protocolés dans des documents du Grand Conseil. 

Sous pression, les partis se préparent à s'aligner sur la ligne de l'emm..... minimal, en votant comme le veulent les autorités. La majorité des élus Verts s'apprêtent à voter pour 1,35 millions de tonnes d'émissions de CO2 alors 0,37 millions de tonnes étaient possibles avec la Boucle. Le PS est pour les transports publics, donc pour les gares. Point. Le PDC suit son magistrat. 

Ce qu'on va constater ces prochaines années : 

- en 2024, après deux années de travaux d'aménagement nécessaire devant Cornavin, ce sera le début de 6 à 7 années de travaux sous et derrière Cornavin, avec des dizaines de milliers de camions évacuant déchets et matériel. Je ne crois pas un instant les CFF quand ils disent que tout sera évacué par rail. 

- en 2031, à l'inauguration des deux nouveaux quais (et surfaces commerciales des CFF), il n'y aura toujours pas de liaison directe entre le Léman Express et l'Aéroport... On aura gagné une cinquième liaison horaire pour la Plaine. Rien de nouveau pour la gare de l'Aéroport, toujours saturé parce qu'en cul-de-sac. Au prix de 1,7 milliard d'argent public. 

- en 2035, les CFF entameront la seconde phase des travaux de Cornavin. Le quartier, de la Servette à Montbrillant en passant par les Grottes sera à nouveau sans-dessus-dessous, pendant 6 autres longues années. Commes ces voies seront en partie sous le quartier des Grottes, il n'est à mon avis pas certain qu'il puisse être maintenu intégralement. Au prix d'un autre milliard d'argent public. 

- en 2041, à l'inauguration de la seconde étape de Cornavin, toujours pas de lien direct entre Léman Express et l'Aéroport...

- en 2045, on attaque les travaux de la ligne "diamétrale" qui ira de Cornavin à Nations (avec une nouvelle gare) qui est déjà desservie par bus et trams et via Secheron. On construira une nouvelle gare sous la gare de l'Aéroport. Et la ligne se poursuit vers Zimeysa. En cul-de-sac. En même temps, on aura peut-être réalisé un autre projet mal pensé du Département : une ligne de la Praille vers Bernex, en cul-de-sac. Le tout au prix de 2 milliards pour la diamétrale et de un autre milliard pour Bernex. 

Dans d'autres blogs, articles ou débats, M. Weibel et moi avons avancé de nombreuses solutions pour répondre aux objections de l'Etat. Sur la tarification différenciée des trajets directs ou via l'Aéroport, sur les avantages de la Boucle en termes de souplesse, en économies de CO2, pour permettre aux convois dangereux d'éviter le centre ville, pour permettre l'arrivée de TGV directement à l'aéroport. 

 

Commentaires

  • Où est la Tribune de Genève?
    Où sont les journalistes qui "fournissent une information de qualité"?
    Cette question de la Gare de Genève est-elle sans importance?
    On croit rêver.

  • La Tribune de Genève est d'une grande retenue sur ce sujet. Elle n'en parle pratiquement pas. J'en veux pour preuve qu'une lettre de lecteurs de M. Bobillier a attendu près de 3 semaine avant de trouver sa place dans les colonnes du journal le 18 février. 24 heures plus tard, le Conseiller d'Etat en charge répondait point pour point à cette lettre. Une vitesse de réaction que l'on peut soit attribuer à l'extrême disponibilité de son staff pour rédiger une réponse (un coupé-collé des objections habituelles des CFF et de l'OFT), soit à une publication coordonnée des deux textes, ce qui est discutable dans un courrier des lecteurs. Pourquoi pas organiser un débat contradictoire ou interview croisée ou une double colonne ?

  • La question urgente est de savoir si le Grand Conseil acceptera en y mettant les moyens de diligenter une étude indépendante sur la faisabilité de la boucle. Où en est-on ?

  • On recherche en vain un débat médiatique sur la mise à jour du "Schéma directeur du réseau sur rail" mis à l'enquête publique en janvier 2019, schéma directeur sur lequel se fonde le projet d'extension de Cornavin.
    Un enjeu d'une extrême importsnce pour l'avenir de la mobilité des Genevois pour un montant colossal de 5 milliards de francs.

    Rien dans la presse locale ! Pourquoi ce silence des milieux politiques ? Y aurait-il quelque chose à cacher ? L'opacité est incompatible avec la démocratie !

    Schéma directeur du réseau sur rail, voir ici :
    https://www.ge.ch/document/mise-jour-du-schema-directeur-du-reseau-rail-enquete-publique/telecharger

  • Le travail de Commission est en cours. On devrait voter en commission puis ensuite en plénière ces prochaines semaines. Pour l'instant, une majorité semble vouloir mettre la tête dans le sable et suivre les "avis" de nos autorités cantonales et fédérales qui ne me semblent pas aller dans l'intérêt des Genevois et des contribuables. Sans parler des citoyens de la ville qui vont souffrir des années au milieu des travaux. Mais ce n'est pas facile, car la pression venue de Berne et des fonctionnaires du département est forte. Ils ont beaucoup à perdre.

  • Bravo pour votre engagement sur ce dossier! Vous avez une conscience.

    On ne m'enlèvera pas de l'idée que ces 5 milliards (qui feront des petits si le projet passe...) ne sont pas perdus pour tout le monde. Un million ne représente après tout que 0,02% de l'enveloppe globale. Cela peut en faire des heureux.

  • Ceux qui prennent les décisions ne sont jamais affectés par elles. Généralement ils sont même les seuls à en tirer des bénéfices. L'histoire de la boucle est un des pus lamentables spectacles que Genève nous ait proposé au cours du siècle passé.

  • Coronavin verra l’extension de son nom :)

  • Coronavin sera l’extension de son nom :)

  • Rien de plus facile que de lancer des rumeurs et les propager à qui mieux mieux,
    Effrayés par le projet de construire cette boucle de l'Aéroport défendu par l'association Genève Route et Rail, les "ingénieurs" spécialistes de l'OCT ont lancé des critiques globales aussi massives qu' infondées et non documentées comme: incompatibilité avec l'horaire cadencé, coûts très largement sous-évalués etc.. rumeurs qui circulent depuis trop longtemps et dont tout le monde ignore la source mais que notre ministre de la mobilité connait bien. Traiter son confrère ingénieur civil de "passionné qui construit un réseau en modèle réduit dans sa cave" est non seulement inapproprié mais très décevant de la part d'un magistrat. D'autant plus qu'il n'est pas, lui, spécialiste de transport ferroviaire et qu'il n'a pas , de même que ses ingénieurs de l'OCT, étudié le dossier en détail alors qu'il est publié sur le site www.gerer.ch depuis longtemps, avec les plans et les couts de manière détaillée. Ce qui d'ailleurs n'est pas connu pour le projet de l'Etat.
    Il est temps que les 2 projets soient analysés sereinement et objectivement afin que Genève dispose du meilleur service de transport possible, dans un temps raisonnable et à un cout acceptable.
    La population genevoise doit pouvoir s'exprimer sur un sujet d'une telle importance, des milliards potentiellement inutiles sont en jeu.

  • Et ensuite on s'étonne que les jeunes ne votent pas et que l'on considère les politiques comme des ripoux. Je ne participe plus à cette farce tragi-comique. Je remercie Rolin Wavre pour ce combat, mais je persiste à penser qu'à ce stade il serait plutôt souhaitable d'accélérer la chute car une réforme du système est non seulement peu probable mais aussi certainement trop lente pour donner des résultats à temps. Je serais tenté de remercier le virus qui risque bien de remettre quelques pendules à l'heure.
    Cette histoire est tellement révoltante que je ne vois que l'option de me retirer dans ma grotte pour ne plus y penser. Sinon je me bouffe de l'intérieur pour des individus qui ne méritent pas la moindre attention. Honte à vous les politicards de tous bords, vous êtes une des pires engeances que ce monde ait produit.

  • A l'origine la Confération (CFF) voulait imposer un agrandissement (nécessaire) en surface de la gare de Cornavin. Un large public et politique c'est opposé à ce projet. Comme la ville de Zurich a obtenu la réalisation de la traversée de sa gare en sous-sol, la députation genevoise a obtenu ce même cadeau en retour. N'oubliez jamais qu'il s'agit d'une rente à milliards pour les entreprises locales. M. le Conseiller d'état Dal Busco était un dirigent d'un gros bureau d'ingénieurs local jusqu'à sa nomination politique. Rien ne dit que la Confédération va poursuivre le financement des étapes ultérieurs de ce projet financier pharaonique. On comprend très bien la raison politique genevoise de mettre ce sujet sous le tapis. La démocratie s'est l'ouverture d'esprit et les deniers publics en sont l'un des principaux objets.

Les commentaires sont fermés.