• Extension de Cornavin : une ânerie inévitable ?

    Les Commissions puis le plénum du Grand Conseil genevois se préparent à voter ce printemps une grosse ânerie à 5 milliards. Je me bats depuis bientôt 3 ans pour qu'on évite cela. Malheureusement, les conséquences de cette décision ne se manifesteront que progressivement de sorte que ceux qui sont actuellement en charge, tant à Genève qu'à Berne ou aux CFF échapperont probablement au spectacle des conséquences de leurs décisions... Par contre, remettre le train sur la bonne voie (et donc construire cette Boucle de l'Aéroport au lieu de creuser des gares inutiles en pleine ville comme le veut l'Etat) demande un travail d'explication et de lobbying maintenant... que personne ne veut faire.

    Jeter une lumière crue sur ce qui se passe actuellement me vaut, comme à l'ingénieur Weibel, père spirituel de la solution alternative, une hostilité inhabituelle de la part des autorités cantonales. C'est donc que nous touchons un endroit sensible. Le conseiller d'Etat en charge ne défend jamais la solution de l'Etat, il se contente de dire que la Boucle ne fonctionne pas, lisant les notes que ses services et les CFF, qui entretiennent une cordiale relation personnelle depuis des années, lui préparent aimablement. 

    Le paradoxe : l'Etat a refusé d'évaluer sérieusement le projet de Boucle. Mais il l'a écarté. Il le trouve "sous-évalué", mais ne dit pas pourquoi, ni comment, ni de combien. Par contre, l'Etat et les CFF accusent les citoyens que nous sommes, sans autres moyens que leur bonne volonté et leur temps bénévole de manquer de rigueru. Nous voulons juste que la solution alternative soit sérieusement étudiée, ce que l'Etat refuse depuis 2013 déjà, quand l'opposition de la part des habitants du quartier des Grottes s'est manifestée. C'est à ce moment qu'on aurait dû évaluer l'alternative de la Boucle. Mais rien. Ces gens dont c'est le métier et qui sont donc payés pour cela ont fermé les yeux. Les CFF voulant une grosse gare avec des surfaces commerciales. Je pense que les CFF ont perdu leur boussole de transporteurs et se croient des aménageurs urbains avant tout. 

    De plus en plus, on voit les sphères économiques et fédérales exercer une pression sur les députés genevois pour qu'ils valident le projet d'extension de Cornavin. On leur dit "qu'on va perdre les sous de Berne" ou que "les train s'arrêteront à Lausanne" ou qu'il n'y aura plus de correspondances si Genève fait de la résistance. Des arguments déloyaux et factuellement faux qui sont protocolés dans des documents du Grand Conseil. 

    Sous pression, les partis se préparent à s'aligner sur la ligne de l'emm..... minimal, en votant comme le veulent les autorités. La majorité des élus Verts s'apprêtent à voter pour 1,35 millions de tonnes d'émissions de CO2 alors 0,37 millions de tonnes étaient possibles avec la Boucle. Le PS est pour les transports publics, donc pour les gares. Point. Le PDC suit son magistrat. 

    Ce qu'on va constater ces prochaines années : 

    - en 2024, après deux années de travaux d'aménagement nécessaire devant Cornavin, ce sera le début de 6 à 7 années de travaux sous et derrière Cornavin, avec des dizaines de milliers de camions évacuant déchets et matériel. Je ne crois pas un instant les CFF quand ils disent que tout sera évacué par rail. 

    - en 2031, à l'inauguration des deux nouveaux quais (et surfaces commerciales des CFF), il n'y aura toujours pas de liaison directe entre le Léman Express et l'Aéroport... On aura gagné une cinquième liaison horaire pour la Plaine. Rien de nouveau pour la gare de l'Aéroport, toujours saturé parce qu'en cul-de-sac. Au prix de 1,7 milliard d'argent public. 

    - en 2035, les CFF entameront la seconde phase des travaux de Cornavin. Le quartier, de la Servette à Montbrillant en passant par les Grottes sera à nouveau sans-dessus-dessous, pendant 6 autres longues années. Commes ces voies seront en partie sous le quartier des Grottes, il n'est à mon avis pas certain qu'il puisse être maintenu intégralement. Au prix d'un autre milliard d'argent public. 

    - en 2041, à l'inauguration de la seconde étape de Cornavin, toujours pas de lien direct entre Léman Express et l'Aéroport...

    - en 2045, on attaque les travaux de la ligne "diamétrale" qui ira de Cornavin à Nations (avec une nouvelle gare) qui est déjà desservie par bus et trams et via Secheron. On construira une nouvelle gare sous la gare de l'Aéroport. Et la ligne se poursuit vers Zimeysa. En cul-de-sac. En même temps, on aura peut-être réalisé un autre projet mal pensé du Département : une ligne de la Praille vers Bernex, en cul-de-sac. Le tout au prix de 2 milliards pour la diamétrale et de un autre milliard pour Bernex. 

    Dans d'autres blogs, articles ou débats, M. Weibel et moi avons avancé de nombreuses solutions pour répondre aux objections de l'Etat. Sur la tarification différenciée des trajets directs ou via l'Aéroport, sur les avantages de la Boucle en termes de souplesse, en économies de CO2, pour permettre aux convois dangereux d'éviter le centre ville, pour permettre l'arrivée de TGV directement à l'aéroport.