Sécurité - Page 2

  • Secret médical : aménager sans toucher au principe

    Comme tous les principes qui fondent notre société libérale, il n'est pas sain de paraitre démanteler le secret médical. Le rapport de confiance entre médecin et patient est intimement lié à la fonction de soigner. En milieu carcéral autant qu'ailleurs. Pourtant, la société doit aussi chercher à protéger ses membres, comme les tragiques affaires récentes nous l'ont encore une fois démontré. Pourtant, il ne semble pas qu'elles aient été à un secret médical trop bien protégé mais plutôt à une structure comme la Pâquerette partie en roue libre depuis des années et des responsabilités décisionnelles mal définies. 

    Je pense également qu'il n'est pas dans l'intérêt bien compris des médecins d'être laissés totalement seuls pour décider de ce qui doit être transmis aux organes de sécurité en dépit du secret médical. C'est les charger ou leur permettre de se charger d'une bien lourde tâche. L'intervention d'une "commission du secret" composée d'éthiciens et de médecins semble donc un organe tout à fait à même de prendre une décision sur la transmission ou non d'informations, sans que l'appareil sécuritaire ne puisse l'exiger sur sa seule appréciation du cas en question. Les médecins sont des gens responsables qui prennent chaque jour des décisions qui nous touchent au plus intime. Ils devraient pouvoir le faire également quand ils exercent en détention. 

  • Liberté d'expression

    Je suis en désaccord avec la plupart des thèses soutenues par MM. Blocher et Freysinger, je  ne partage pas leur vision de la Suisse ni leur manière de faire de la politique. Je pense qu'ils ont fait et font du tort au Pays que j'aime. 

    Par contre, je suis sans aucune ambiguité pour qu'ils puissent s'exprimer librement, dans le cadre de la loi. Je désapprouve tous ceux qui appellent à perturber la manifestation à laquelle ils doient participer ce soir 31 août à Genève. Que l'on contre-manifeste est parfaitement légitime. Qu'on les contredise, ce que je fais souvent. 

    Ceux qui voudraient s'y opposer par la violence ou les désordres seraient à la fois dans l'illégalité et dans l'erreur tactique. Il n'y a pas de meilleure manière de légitimer quelque chose que de s'y opposer illégalement. A moins qu'il n'y ait une alliance objective de soi-disant opposés qui n'aient au fond qu'un objectif : saper notre démocratie actuelle, imparfaite mais pas si mal en comparaison internationale. Le sous-titre du mouvement RAGE ?  "Fight the Power - Free the Prisoners - Fuck the Police". Nous voilà franchement rassurés !

  • Alcool ? Non, smartphone !

    On voit de plus en plus souvent des véhicules à la conduite hésitante. Alcool ? Non, SMS !  C’est effrayant et inadmissible. Il faut absolument que les conducteurs résistent à l’envie « de faire juste un petit message ». Ce bref moment peut suffire à liquider une vie. Un piéton qui traverse, un cycliste qui roule normalement, un enfant sur un trottoir, ou simplement une colonne qui ralentit de manière inattendue. Et combien de voitures sortent légèrement de leur piste, innocemment. On se dit : « tiens, il conduit bizarrement celui-là ». Et si on dépasse le véhicule, on comprend. Un petit rien qui se transforme en un événement marquant d’une vie, pour toujours. La satisfaction de répondre immédiatement à un message ? Franchement, est-ce que ca vaut la peine ?

    Pour se convaincre de ne pas ou plus commettre cette énorme bêtise, il vaut la peine de regarder cette petite video. www.youtube.com/watch?v=LmKznO6urwk

    C’est une reconstitution, mais très bien faite. Beaucoup plus difficile de texter au volant après ca. A diffuser largement.

  • Prisons : trop de fédéralisme tue le fédéralisme

    Il est stupéfiant que les autorités vaudoises ne sachent pas qui elles détiennent. Qu'un membre des archi-connues Pink Panthers soit emprisonné par des autorités qui ignorent le pedigrée du lascar est tout bonnement incroyable. Au moment où nous découvrons chaque jour à quel point nos propres informations et communications privées peuvent être écoutées par de grandes oreilles technologiques étrangères, il apparait que les dossiers des détenus, et pas n'importe lesquels, peinent à circuler de Neuchâtel à Lausanne. 

    Si c'est pour des raisons technologiques, c'est à déséspérer. Si c'est pour des raisons qui tiennent au traitement purement cantonal des dossiers pénaux, il faut vraiment changer les choses. Le bon niveau n'est même plus national, mais européen. Que l'on soit pro ou anti européen, ce n'est pas une question politique mais une question de simple bon sens. Il faut agir là où cela se passe. Le crime organisé, lui, s'organise... et ne s'embarrasse pas de susceptibilités géographiques ou de lenteurs administratives. Il s'adapte et il agit, pour notre plus grand malheur.